A la uneLignes de force

AFRIQUE: Pourquoi le retour des coups d’Etat ?

 

Les coups d’Etat étaient jadis la méthode de changement de gouvernement en Afrique. Le premier perpétré en Afrique de l’Ouest   fut  celui du  Togo en 1963,  avec la prise du pouvoir par la force  de Gnassingbé Eyadema  contre Sylvanus Olympio. Entre 1951 et 2020, plus de 90 coups d’Etat ont été perpétrés sur le continent. Durant toute cette longue  période, seuls 30 dirigeants africains en exercice ont été remplacés pacifiquement lors d’élections, et 28 chefs d’Etat ont quitté volontairement le pouvoir après avoir accompli le nombre de mandats présidentiels prévus par la loi. Cependant, force est de constater  qu’ en 2000, la propension à recourir aux coups d’Etat, au nombre de 15 au cours de la décennie précédente, a suffisamment inquiété  l’Organisation de l’unité africaine (OUA),  pour qu’elle adopte la Déclaration de Lomé qui met fin à sa politique habituelle consistant à fermer les yeux sur les «  affaires intérieures » des Etats membres.  L’OUA a  ainsi décrété que toute prise de pouvoir à la suite d’un « changement anticonstitutionnel de gouvernement » impliquerait  une suspension du pays concerné. Visiblement, cette disposition concernait les coups d’Etat militaires. Suite à la Déclaration de Lomé, l’incidence des coups d’Etat a diminué de manière régulière passant de 15 entre 1991 et 2000, à 8 au cours de la décennie  suivante, puis à 5 entre 2011 et 2020. Cependant, on assiste aujourd’hui à une  recrudescence des coups d’Etat en Afrique et particulièrement en Afrique de l’Ouest. En moins de 13 mois,  à partir du 18 août 2020, il y a eu 3 coups d’Etat qui ont été  commis au Mali, en août 2020  et en mai 2021, et en Guinée  Conakry, en septembre 2021. Qu’est-ce qui peut expliquer cette recrudescence de ces coups d’Etat ? Les raisons sont multiples.

 

Sans être un militaire, Paul Biya a réussi l’exploit de commencer depuis longtemps à se fossiliser au pouvoir

Les élections mal organisées, une population de  jeunes frustrés, sans emploi et de plus en plus inaptes au travail,  qui voient les possibilités de leur participation à la gouvernance nationale de leur pays réduites du fait de dirigeants qui veulent conserver à tout  prix le pouvoir, une  absence de démocratie, etc. L’expérience d’Alpha Condé illustre parfaitement cela. Il est vrai que nous assistons  de moins en moins  aujourd’hui  à des prises de pouvoir par la force  en Afrique centrale et orientale.  Les raisons semblent simples : les chefs d’Etat qui sont à la tête de pays comme l’Ouganda, le Rwanda, le Burundi, le Congo Brazzaville, etc., sont arrivés au pouvoir en perpétrant des coups de force.  Une fois  au pouvoir, ils se sont ensuite permis  de tout  verrouiller autour d’eux.   Des mesures de précautions  ont été prises afin de ne pas subir le sort du prédécesseur. Des mesures draconiennes  sont prises comme la privation de la liberté d’expression, la chasse aux opposants, et même leur clochardisation ; tout ceci  afin de s’assurer une longévité indécente au pouvoir.  Les exemples foisonnent en Afrique centrale : Sassou Nguesso, Paul Kagamé, Yoweri Museveni et Al Burhan en Afrique orientale  pour ne citer que ceux-là. Au Cameroun, sans être un militaire, Paul Biya a réussi l’exploit de commencer depuis longtemps à se fossiliser au pouvoir. Au total, désir irrépressible du pouvoir, volonté farouche de  s’y maintenir envers et contre tous, privations de libertés élémentaires, déficits démocratiques, frustrations populaires, mal gouvernance, corruption, exigences du néo-colonialisme, sont, pour l’essentiel, les causes des pronunciamientos en Afrique.

 

                                                                       Ben Issa TRAORE            

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer