A la uneSur la braise

ELECTION DU NOUVEAU PRESIDENT DE LA CAF

Vivement que Motsepe surprenne agréablement !

La 43e Assemblée générale ordinaire élective de la Confédération africaine de football (CAF), tenue le 12 mars 2021 à Rabat, au Maroc, a porté, sans surprise et comme chacun le sait déjà, l’enfant de Soweto, magnat des mines et propriétaire des Mamelodi Sundowns d’Afrique du Sud, Patrice Motsepe, à la tête de la faîtière du foot africain. Avant même le congrès du vendredi dernier, les dés étaient déjà jetés, pour ainsi dire, d’autant qu’un accord entre les différents candidats, conclu à Rabat en fin février et confirmé à Nouakchott en début mars 2021, a abouti au choix du richissime Sud-africain. Ces différents conclaves tenus sous l’égide de la FIFA pour unifier les rangs du continent, n’ont malheureusement pas été du goût de certains amateurs du foot africain et non des moindres, puisqu’ils y voient une ingérence inacceptable de l’instance mondiale et notamment de son président, Gianni Infantino, dans la gestion de la CAF. Nombreux sont ceux qui estiment, en effet, que si les autres candidats déclarés que sont le Sénégalais Augustin Senghor, le Mauritanien Ahmed Yahya et l’Ivoirien Jacques Anouma, ont accepté de ranger leur épée au fourreau, c’est qu’ils ont subi des pressions pour ne pas dire du chantage de la part de puissances occultes incarnées en l’occurrence ici par le président de la FIFA, Gianni Infantino. La récente tournée africaine de ce dernier en jet privé, au cours de laquelle il a rencontré une dizaine de chefs d’Etat avec des promesses d’aides financières pour le développement du football dans leurs pays respectifs, a fini de convaincre les plus sceptiques qu’il y a eu comme un parfum de deal dans l’élection ou plutôt le plébiscite de Patrice Motsepe à la tête de la CAF. Beaucoup se demandent pourquoi autant d’activisme et de ballet diplomatique de la part du patron de la FIFA dans cette affaire qui est a priori interne à l’Afrique, alors qu’il est moins interventionniste quand il s’agit d’élection dans les autres confédérations.

 

On espère que toutes ces tractations ne vont pas dévoyer les objectifs que ces nouveaux patrons de la CAF se sont eux-mêmes assignés

 

Est-ce parce qu’il est foncièrement hostile à la gestion désastreuse du président sortant, le Malgache Ahmad Ahmad ? Ou est-ce parce qu’il y a personnellement intérêt, vu qu’il briguera un autre mandat à la tête de la FIFA en 2023 ? Il y a eu certainement un peu des deux. Car, Gianni Infantino tient d’abord à redorer l’image de la CAF écornée par les scandales de blanchiment d’argent, de corruption et de vol de fonds sous la présidence de Ahmad Ahmad, en pistonnant un nouvel homme vierge de tout lien avec ce dernier. Ensuite, il pourra compter sur la fidélité et la loyauté des hommes qu’il aura aidés à placer à la tête de la CAF dans la perspective de l’élection du président de la FIFA en 2023, au cours de laquelle son propre poste sera remis en jeu. N’oublions pas, en effet, que pour se succéder à lui-même dans deux ans, Infantino aura fatalement besoin des 54 voix dont dispose le continent sur un total de 209, surtout que le ralliement de l’Europe (55 voix) et de l’Asie-Pacifique (47 voix) à sa cause, n’est pas gagné d’avance. Il avait donc intérêt à agir, comme diraient les juristes, et il a mis les petits plats dans les grands pour convaincre les challengers du Sud-africain de capituler et de se placer derrière l’étendard de ce dernier. C’est donc maintenant chose faite. Mais la victoire sur tapis vert de Patrice Motsepe était assortie de conditions, notamment l’octroi du poste de premier vice-président au Sénégalais Senghor, celui de deuxième vice-président au Mauritanien Yahya et enfin le poste de conseiller spécial à l’ Ivoirien Anouma. Mais au-delà de cet échange de bons procédés ou, si vous préférez, de ce gentlemen’s agreement  par lequel les rôles ont été distribués et acceptés,  il y aurait eu un autre deal dans le deal, qui placerait Patrice Motsepe à la présidence de la CAF pour un mandat tout au plus, au bout duquel il reprendrait ses activités d’homme d’affaires et de cultissime patron de l’actuelle meilleure équipe du championnat sud-africain. Du coup, il ouvrirait le boulevard à ses vice-présidents quand sa succession sera ouverte, et c’est cette probabilité de lui succéder qui aurait plutôt motivé ses trois ex- challengers de l’Afrique de l’Ouest à se retirer de la course cette fois-ci. On espère que toutes ces tractations et ces marchandages sur fond d’intérêts personnels, ne vont pas dévoyer les objectifs que ces nouveaux patrons de la CAF se sont eux-mêmes assignés, notamment la modernisation des infrastructures sportives, la professionnalisation du foot africain et le rehaussement du niveau et de la qualité de jeu dans toutes les équipes du continent. Des défis énormes pour une institution dont la crédibilité a été plus d’une fois remise en cause, en raison de la gestion népotique et ténébreuse de ses premiers responsables. On espère que Motsepe qui, sauf erreur ou omission, est le seul président de la confédération à avoir été couronné par consensus, relèvera brillamment ces défis et surprendra agréablement même les oiseaux de mauvais augure qui lui prédisent déjà le destin de son prédécesseur Ahmad Ahmad dont l’élection, en 2017, avait suscité beaucoup d’espoirs, mais qui, malheureusement, est sorti de l’histoire par la lucarne, le 12 mars dernier, avec pour seule innovation majeure, le passage des équipes qualifiées pour la CAN, de 16 à 24.

 

 

Hamadou GADIAGA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer