A la uneSur la braise

LUTTE D’INFLUENCE DES GRANDES PUISSANCES SUR LE THEATRE AFRICAIN:Tout parrainage à sa dose d’aliénation

 

La CEDEAO (Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest), de manière unanime, on se souvient, a pris de lourdes sanctions, le 9 janvier dernier, contre le Mali. Dans la foulée, la France a saisi le Conseil de sécurité des Nations unies, à l’effet d’amener cette instance à aller dans le sens de la structure sous- régionale africaine. Comme l’on pouvait s’y attendre, la Chine et la Russie ont opposé leur veto à la requête hexagonale, à la grande satisfaction des militaires au pouvoir à Bamako et de leurs soutiens de l’intérieur et de l’extérieur. Ces derniers, depuis lors et même bien avant, ne tarissent pas d’éloges à l’égard des dirigeants russes et chinois, qu’ils présentent à tort ou à raison comme les amis véritables de l’Afrique. Dans certaines capitales de l’Afrique de l’Ouest, la « Russiemania » est en train de virer, peut-on dire, à la déification de Vladimir Poutine, le président russe. A contrario, l’Occident en général et la France en particulier, sont traités de tous les noms d’oiseau. En tout cas, nos ancêtres les Gaulois en ont eu pour leur grade. On leur fait notamment le reproche de vouloir, via cette « fantoche de CEDEAO », maintenir leur influence et préserver leurs intérêts dans leurs anciennes colonies d’Afrique de l’Ouest. La rhétorique employée à cet effet, est digne du discours développé par les insurgés de mai 68. En tout cas, les brocards stigmatisant le néocolonialisme français, ont fleuri à  Bamako. De grandes puissances comme la Russie et la Chine, pour sûr, en  ont été ravies. Car, de toute évidence, le sentiment anti-français qui, au demeurant, va au-delà du seul Mali, est en train de traverser presque toute l’Afrique de l’Ouest. Et cela  est une opportunité, pour de nouvelles puissances, de prendre pied véritablement  en Afrique.

 

                  l’Afrique gagnerait à s’affranchir de toutes les formes de tutelles ou de parrainage

 Le prérequis à cela, c’est de gagner les cœurs. Le veto que la Chine et la Russie viennent de poser au Conseil de sécurité de l’ONU contre la requête française à propos des sanctions contre le Mali, participe de cette stratégie de conquête des cœurs. Mais que personne ne se méprenne sur les intentions réelles de la Russie et de la Chine. Il ne s’agit certainement pas d’empathie pour le peuple malien ou encore de philanthropie pour le Mali. Ce qui motive ces deux pays, très souvent prompts à utiliser leur droit de veto pour bloquer certaines décisions, est lié à leurs intérêts diplomatiques ou géostratégiques, bref à leurs intérêts tout court. C’est le même mobile qui avait poussé les puissances européennes à jeter leur dévolu sur l’Afrique, dans le cadre de la conquête coloniale. Le moins que l’on puisse dire, c’est  que ces puissances européennes ont bâti leur  prospérité en partie sur les immenses richesses dont regorge le continent noir. C’est cette logique,  fondée sur les intérêts, qui a conduit une puissance comme la France à repenser son système d’exploitation de ses anciennes colonies, en mettant en place le néocolonialisme. La Françafrique, initiée par le Général de Gaulle avec comme maître d’œuvre, le sulfureux Jacques Foccart, avait pour vocation de consolider ce système d’exploitation post-colonial. Mais l’on peut faire le constat que ce système éhonté a pris un sérieux coup grâce, peut-on dire, au fait que l’Afrique, depuis le début du 21e siècle, est le théâtre d’une compétition âpre entre puissances grandes et moyennes. En effet, outre les puissances coloniales européennes qui s’étaient partagé l’Afrique, comme un gâteau, à la Conférence de Berlin en 1885 sous l’impulsion de Bismarck, d’autres nouvelles puissances se disputent aujourd’hui l’Afrique de manière féroce. Et certaines d’entre elles ont réussi à mettre bien des pays africains pratiquement dans leur escarcelle. Au nombre de celles-ci, l’on peut citer la Russie, l’Inde et la Chine. La première citée est en train de courtiser sérieusement le Mali. Et le contexte, marqué aujourd’hui par le péril terroriste et le sentiment anti-français qui traverse le pays, pourra pousser le Mali dans les bras du pays de Vladimir Poutine. En tout cas, sur les bords du fleuve Djoliba, on ne se cache pas pour tresser des lauriers au Tsar Poutine. Presqu’un peu partout en Afrique, on voue aux gémonies, les parrains traditionnels que sont les anciennes puissances coloniales européennes. En lieu et place, on lorgne des côtés russe, chinois, turc et l’on en oublie. Mais ce que les uns et les autres oublient, c’est que tout parrainage a sa dose d’aliénation. De ce  point de vue, l’Afrique gagnerait à s’affranchir de toutes les formes de tutelles ou de parrainage, pour autant qu’elle veuille elle aussi, trouver sa voie pour se hisser vers le développement et le respect des autres. C’est seulement à ce  prix qu’elle cessera d’être victime de l’histoire pour se positionner désormais comme actrice de la transformation du monde.         

                                                                   Pousdem PICKOU

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer