La chronique du fou

MANIFS VIOLENTES DE SCOLAIRES CONTRE LES REFORMES DES EXAMENS SCOLAIRES  

Le réveil risque d’être douloureux si…  

J’ai appris que des élèves du Lycée Philippe Zinda Kaboré, visiblement remontés contre les réformes des examens scolaires, ont manifesté la semaine dernière. Dans leur furie, ils ont saccagé la salle d’informatique et vandalisé le véhicule de leur proviseur. Pour quelle raison ? Difficile de répondre à cette question. Pour le moins, je sais que les autorités ont décidé de fermer ledit établissement jusqu’à nouvel ordre. Pas plus pour le moment même si parallèlement, j’ai appris qu’une dizaine d’élèves auditionnés par le parquet, ont été déposés à la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (MACO) en attendant d’être situés sur leur sort. Voyez-vous ? Chers amis, j’avoue que j’ai personnellement peur pour l’avenir de ce pays. Je le dis parce que j’ai du mal à admettre que des élèves qui incarnent l’espoir de demain, puissent se livrer à des comportements d’une extrême violence au point même de s’en prendre à leurs enseignants. Je me demande combien de fois Philippe Zinda Kaboré qui fut une icône dans ce pays, a dû se retourner dans sa tombe en entendant que des élèves d’un lycée qui porte son nom, se sont comportés en voyous. C’est tout simplement regrettable. Comme je l’ai toujours dit, je ne suis pas personnellement contre les grèves. C’est un droit. Mais je suis contre les actes de violence qui accompagnent souvent les manifs scolaires. Pourtant, quand on manifeste, on n’a pas besoin de faire des casses ou de vandaliser des édifices publics ou privés pour se faire entendre. Bien au contraire. Car, très souvent, quand il y a des scènes de violence, cela décrédibilise les manifestants qui, du coup, perdent la sympathie de l’opinion.

 

Je n’entre pas dans le débat entre spécialistes

 

C’est pourquoi je souhaite,  pour ce qui est du cas du Zinda, que des sanctions soient prises à l’encontre des meneurs pour que cela serve d’exemple à d’autres apprentis sorciers qui suivent la situation de très près. Quant aux autorités judiciaires, je leur demande de dire le droit afin que force reste à la loi. Car, dans ce pays-là, on a parfois le fâcheux sentiment que certains individus se croient tout permis si fait qu’ils en font à leur tête. Je veux que prenne fin ce sentiment de pleine assurance qui ne repose sur rien et qui alimente l’incivisme dans notre pays. Encore une fois, je choisis de ne pas me prononcer sur la pertinence ou non des réformes des examens scolaires puisque je fais le constat que les spécialistes même de l’éducation sont divisés là-dessus. En effet, pendant que les uns les approuvent, il y en a qui les rejettent avec force. Je n’entre pas dans ce débat entre spécialistes. Mais je m’intéresse seulement aux manifs scolaires et à leurs conséquences. Déjà, en plus des actes de violence constatés çà et là, l’on déplore au total deux morts et de nombreux blessés à travers le territoire national. N’est-ce pas assez pour nous pousser tous à une véritable introspection ? Je souhaite que chacun de nous (parents d’élèves, encadreurs pédagogiques, enseignants, élèves) essaie de répondre à cette question pour qu’ensemble, l’on puisse sauver ce qui peut l’être encore. Car, à l’allure où vont les choses, le réveil, si rien n’est fait, risque d’être très douloureux pour nous tous.

 

« Le Fou »

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer