A la uneLignes de force

NOCES DE DIAMANT DU PARTI DE L’ELEPHANT

Le PDCI/RDA saura-t-il opérer sa mue ?  

Des noces de diamant ! C’est ce que célèbre le plus vieux parti de la Côte d’Ivoire. Le Parti démocratique de Côte d’Ivoire / Rassemblement démocratique africain (PDCI/RDA), puisque c’est de lui qu’il s’agit, a 75 ans. A cette occasion, des militants et sympathisants sont venus des quatre coins du pays pour prendre part à l’événement dans un contexte où la Côte d’Ivoire a mal à sa cohésion sociale ; le pays ayant connu une série de crises, les unes aussi sanglantes que les autres. On comprend dès lors pourquoi le discours du patron du PDCI/RDA, en la personne de Henri Konan Bédié (HKB), avait un accent très politique ; lui qui semble jeter la responsabilité des malheurs de la Côte d’Ivoire sur les autres puisque, selon lui, le basculement est né de l’éviction par les armes, du PDCI/RDA du pouvoir : « Que de morts en 1999 ! En 2002, que de morts ! En 2010-2011, que de morts ! En 2020, que d’exilés politiques et que de jeunes gens sacrifiés… », a-t-il déclaré devant une foule acquise à sa cause, avant de dénoncer le « 3e mandat inconstitutionnel » du président Alassane Dramane Ouattara (ADO). Et ce n’est pas tout. HKB déplore un « tissu social déchiré dans une Côte d’Ivoire défigurée ». Ainsi donc, l’ex-président ivoirien se fait passer aux yeux de l’opinion, pour un parangon de vertu, oubliant qu’il est aussi pour quelque chose dans le déchirement du tissu social en Côte d’Ivoire.

 

 

HKB et autres octogénaires du parti gagneraient à faire valoir leurs droits à la retraite afin de faire la place à la jeune génération

 

Car, n’est-ce pas lui qui, on s’en souvient, a longtemps surfé sur la fibre identitaire, allant jusqu’à faire de certains de ses compatriotes, des citoyens de seconde zone ? Etait essentiellement visé ADO, le président actuel qu’il vouait aux gémonies, conscient qu’il ne comptait pas pour du beurre dans le landerneau politique ivoirien. Du reste, la fracture Nord/Sud en Côte d’Ivoire, il faut avoir le courage de le dire, est née des errements du président Bédié qui n’avait de cesse de faire dans l’exclusion. Si donc le PDCI/RDA a perdu aujourd’hui de son influence dans le pays, il ne doit s’en prendre qu’à lui-même. On se rappelle encore que sa stratégie électorale en 2015 tout comme en 2020, a été sévèrement critiquée par de  jeunes cadres du parti dont le truculent Kouakou Konan Bertin (KKB) qui, finalement, n’avait pas hésité à prendre ses distances. En tout cas, pour une meilleure modernisation et pour un meilleur renforcement de la démocratie au sein du PDCI/RDA, HKB et autres octogénaires du parti gagneraient à faire valoir leurs droits à la retraite afin de faire la place à la jeune génération. C’est à ce prix que le PDCI/RDA pourra opérer sa mue et espérer reconquérir le pouvoir d’Etat qu’il a perdu depuis plus de deux décennies. HKB est-il capable de ce sursaut ? On peut en douter quand on sait qu’en dépit de ses 86 piges, le Sphinx de Daoukro, ainsi qu’on le surnomme, a tenu à défendre les couleurs du parti  à la dernière présidentielle comme si le parti ne regorge pas d’autres compétences.

 

B.O

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer