HomeOmbre et lumièreLA NOUVELLE DU VENDREDI : Les trois mangues et le secret du bonheur

LA NOUVELLE DU VENDREDI : Les trois mangues et le secret du bonheur


 

J’étais enfant à l’école du village auprès des miens. Un matin, ma grand-mère me demanda de l’accompagner avec son panier cueillir des mangues près de la rivière. Portant fièrement le panier sur ma tête derrière mon aïeule,  je la suivais dans sa démarche à la fois agile, alerte  et hésitante dans la profondeur de ses 86 ans.

Souvent, grand-mère me disait :

Observe bien la nature. La sagesse est dans le regard de ceux qui savent interpréter son langage.

Ce matin, pour la cueillette des mangues, elle me promit :

Avec les fruits, tu perceras les secrets du bonheur et de la vie.

J’étais impatient de percer les secrets du monde avec ma Mamy. Souvent dans mon esprit  juvénile, elle  me surprenait et me  séduisait toujours sans cesse.

Sous la fraîcheur matinale, nous remplissons  notre panier. Avec un long bâton accroché au bout par un fer en forme d’hameçon, grand-mère cueillait les mangues vertes avec une maîtrise admirable qu’elle disposait avec les mangues mûres que nous ramassions souvent  sous l’ombre des manguiers.

J’attendais que grand-mère me parle de ce secret sur le bonheur, mais elle faisait comme la plupart des anciens et sages d’Afrique. Elle prenait son temps avec cette philosophie ancestrale :   « Qui ne cultive la patience  ne récoltera  la connaissance ».

Ramassant les mangues, j’attendais patiemment.

Tout d’un coup, grand-mère m’invita à m’assoir au pied d’un manguier. Elle alla prendre une mangue tomber de l’arbre depuis quelques jours, choisit deux mangues dans le panier et me les donna :

-Prends ces trois mangues.

Ce que je fis.

Tu vois mon fils, le secret du bonheur se cache dans les trois  mangues que tu tiens dans ta main.  Celle-ci (elle prit la mangue pourrie)  est un fruit perdu. Elle représente le passé.  Le passé qu’on pleure souvent mais qu’on  ne peut plus rattraper.  Le passé qu’on ne doit pas jeter inconsciemment, le passé qu’on doit observer,  disséquer et analyser pour ne pas commettre encore les mêmes erreurs.  C’est en étudiant le passé qu’on saura protéger cette mangue (elle prit la mangue verte). L’étude du passé permet de soigner l’avenir. Le regard du passé guide les pas de l’avenir.   La vie et l’avenir de cette mangue verte dépend des leçons qu’on tirera de la mangue pourrie. Tu vois cette troisième mangue ?  (elle prit la mangue mûre). Cette mangue est le présent. Il faut savoir la manger à temps pour qu’elle ne périsse pas. Regarder le passé pour préparer l’avenir, profiter du présent à temps sans compromettre l’avenir. Ces trois mangues :  la mangue pourrie, la mangue verte et la mangue mûre nous parlent. Elles donnent le secret du bonheur et de la vie  à ceux qui savent interpréter les signes de la nature.J’étais enfant et je savais que grand-mère ne me disait pas tout.  Elle m’ouvrait seulement la porte de l’énigme.  Je devais à l’intérieur en chercher la clé. Avant de s’en aller pour toujours, avec son éternel sourire, elle me disait simplement l’essentiel.  J’espère qu’un jour, je pourrai traduire le millième de sa pensée profonde.

Ousseni Nikiema, [email protected]


No Comments

Leave A Comment