A la uneOmbre et lumière

PRESIDENTIELLE ET LEGISLATIVES 2020

« Des  difficultés majeures » relevées, selon la CENI

Le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Newton Ahmed Barry, a fait le point des opérations de vote à la mi-journée du dimanche 22 novembre 2020. Prévue pour débuter à 12h 30, c’est finalement après 13h que la conférence de presse a commencé.

 

Le rendez-vous entre le président de la CENI et les représentants des médias a eu lieu dans la Salle de Conférences de Ouaga 2000 à Ouagadougou. Un seul point était inscrit à l’ordre du jour de cette mi-journée : le bilan partiel des opérations de vote. Avant de vous donner à lire les ipsissima verba de Newton Ahmed Barry, l’on doit retenir qu’il s’est prononcé sur les allégations de fraudes électorales faites par certains protagonistes. « Pour l’instant, on n’a pas de cas signalé à notre niveau », dira-t-il. « Peut-être il en existe » mais d’après Newton Ahmed Barry, les services de la CENI n’en ont pas été saisis, bien entendu à l’heure où la rencontre se tenait avec les journalistes. Sur la question de la proclamation des résultats à jour-J+1 le président répondra à un de nos confrères qui lui demandait s’il maintenait la date du 23 novembre : « On verra ». Pour le reste, « Monsieur Election », a fait le point suivant par rapport aux opérations de vote à la mi-journée  : « Les bureaux de vote, globalement, ont ouvert à l’heure et dans l’ensemble, tout se passe bien. Il y a évidemment un certain nombre de situations plus ou moins particulières. Dans la grande majorité des cas, les bureaux de vote ont ouvert ce matin à 6h et dans l’ensemble, le vote continue de se dérouler plutôt bien. Même dans les régions que nous craignions, notamment les régions du Sahel et de l’Est, la situation du vote est plutôt satisfaisante. L’engouement est là et du point de vue de l’organisation du processus électoral, les bureaux de vote ont pu ouvrir dans des endroits où on avait suffisamment de craintes. Si je devais vous donner des chiffres surtout en parlant des régions sur lesquelles nous avions des appréhensions, par exemple dans la province du Gourma, 365 bureaux de vote ont ouvert sur les 510 ; ce qui est déjà quelque chose d’extrêmement important pour ceux qui savent l’évolution de la situation. Dans la Gnagna, il y a 436 bureaux de vote qui ont ouvert sur 528. Par contre dans le Sahel, les chiffres, quand on vous les donne de façon globale, peuvent paraître disparates mais il faut les ramener à la situation du Sahel lui-même. Par exemple, quand vous prenez Djibo, en temps normal, la commune (la ville de Djibo et les villages environnants) a près de 83 bureaux de vote. On a pu ouvrir, cette fois, qu’à l’intérieur de la ville 38 bureaux de vote. Idem pour Arbinda qui est aujourd’hui dans une situation d’enclave. En temps normal, nous avons à peu près 100 bureaux de vote à Arbinda commune et Arbinda villages. Pour cette fois-ci, nous avons pu ouvrir 25 de ces bureaux de vote soit le quart.  Je voudrais, à ce niveau, féliciter l’ensemble du personnel électoral et les Forces de défense et de sécurité parce que ce matin, les opérations se déroulent sur l’ensemble du territoire de façon satisfaisante, aussi bien du point de vue du déroulement du processus que du point de vue de la sécurisation…Il faut relever un certain nombre de difficultés majeures. Il y a que dans certaines localités, des bureaux de vote n’ont pas pu ouvrir. C’est le cas par exemple à Tin-Akoff et à Bartiébougou où aucun bureau de vote n’a pu ouvrir. Les raisons sont essentiellement sécuritaires et l’impossibilité de trouver quelqu’un pour tenir un bureau de vote dans ces zones. Même quand l’armée sécurise, nous n’avons pas le personnel qui veut bien y aller.  Dans d’autres cas, les bureaux de vote ont ouvert avec un retard, parfois léger, parfois relativement léger. C’est le cas par exemple à Solenzo et à Yalgo avec des difficultés matérielles. Il y a des situations que nous avons pu résorber et que nous continuons à résorber. Maintenant, quant à l’affluence, je pense qu’elle est relativement satisfaisante…Depuis ce matin, nous avons mobilisé l’ensemble des moyens, terrestres et aériens, nous permettant d’acheminer le matériel manquant dans tous les recoins du pays ».

 

Par M.N.

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer