A la uneOmbre et lumière

TEMOIGNAGE  

Ma rencontre avec un grand homme nommé Mahamadou Bonkoungou (PDG de EBOMAF)

L’auteur du point de vue ci-dessous rend un hommage appuyé à Mahamadou Bonkoungou, PDG de EBOMAF, qu’il a eu la chance de rencontrer dans sa vie et qui lui a été d’un soutien inestimable dans ce qu’il est devenu aujourd’hui. Il souhaite encore le rencontrer pour lui exprimer toute sa gratitude.

 

« Monsieur Mahamadou Bonkoungou, PDG de EBOMAF, je vous ai rencontré après l’obtention de mon baccalauréat série B (Lettres et sciences sociales) pour vous montrer mon diplôme. Nous étions alors voisins dans le quartier «Patte d’oie » à Ouagadougou. Je n’étais alors qu’un élève mais plein de projets en vue de me réaliser. Vous l’avez peut-être flairé mais ce jour-là, vous m’avez remis la somme de 500 000 F CFA comme aide pour mes études supérieures. Loin de savoir l’impact que cette somme a eu sur ma vie, vous avez été le précurseur de ma vie actuelle de jeune entrepreneur burkinabè. Cette somme, je l’ai utilisée pour me lancer dans les affaires. En effet, je me suis lancé dans le commerce; j’ai effectué mon premier voyage au Nigeria pour rapporter des céréales et des denrées typiques de ce pays pour les revendre aux ressortissants Nigérians vivant à Ouagadougou, car il était difficile voire impossible pour eux, de s’en procurer sur place ici. J’ai alors fait un grand bénéfice qui m’a permis d’effectuer d’autres voyages au Ghana, au Bénin et au Nigeria pour agrandir mon commerce. J’ai donc pu, par ce commerce, poursuivre mes études en Gestion des ressources humaines en ligne. Après deux années d’études, j’ai décidé d’arrêter pour me concentrer sur mes affaires qui fleurissaient de plus en plus. J’ai donc utilisé mes bénéfices pour créer mon entreprise SHALOM GLOBAL SERVICES INTERNATIONAL (ventes de matériels informatiques et bureautiques ; travaux d’imprimerie, import-export) en 2017. A la suite, j’ai pu créer une filiale (SHALOM FASHION) qui évolue dans la confection et l’achat-vente d’équipements sportifs. Aujourd’hui, je suis toujours dans l’extension de mes activités avec ma nouvelle filiale, SHALOM HAUTE COUTURE, pour la confection de tenues prêt-à-porter et sur mesures. Ma marque de tenues et d’équipements sportifs (SHALOM FASHION)   a eu du succès à tel point que nous avons accompagné la coupe du député-maire de Houndé pour les deux éditions de 2018-2019 et 2019-2020. Nous avons aussi confectionné en exclusivité les premiers échantillons de tee-shirts, débardeurs, chaussettes et boxers made in Burkina par le biais du ministre du Commerce, de l’industrie et de l’artisanat, Monsieur Harouna Kaboré qui ne cesse de soutenir la jeunesse burkinabè dans son élan d’entrepreneuriat pour la valorisation du « consommons local ». SHALOM GLOBAL INTERNATIIONAL emploie à ce jour 7 personnes de façon directe et a créé plus d’une dizaine d’emplois indirects. Nous ne serions pas à ce niveau (pas si grand mais en perpétuel extension) sans votre aide désintéressée, Monsieur Mahamadou Bonkoungou, PDG de EBOMAF. Pour vous témoigner de vive voix ma reconnaissance,  j’ai entrepris des démarches pour vous rencontrer afin de vous montrer le fruit de votre générosité mais sans succès. J’ai alors décidé aujourd’hui de vous adresser cette lettre ouverte pour vous dire merci et  vous dire que la petite graine que vous avez semée (sans le savoir), a donné des fruits. Mon rêve le plus ardent, c’est de vous rencontrer pour échanger avec vous et vous montrer mon travail qui n’est que le fruit de votre générosité.  Espérant que cette lettre vous atteigne, veuillez recevoir, Monsieur Mahamadou Bonkoungou, PDG de EBOMAF,  l’expression de ma profonde gratitude.

 

 

Narcisse BEWA

PDG de SHALOM GLOBAL SERVICES INTERNATIONAL

Ouagadougou (quartier Songnaaba) »

 

 

Articles similaires

Un commentaire

  1. Pas besoin d’avoir une aide pour rendre hommage a ce type. Je lai jamais rencontré et il na ma jamais aidé. Mais vue ce qu,il fait pour mon Faso, je lui rend hommage aussi. C’est MB qui est en train d’effacer la honte du Burkina avec son immeuble le plus haut du Burkina (il y a plus de 40ans que le Mali a son premier gratte-ciel R+16). Bravo EBOMAF

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer