AUTORITE SUPERIEURE DE CONTROLE DE L’ETAT ET DE LUTTE CONTRE LA COORUPTION : Le projet de renforcement organisationnel officiellement lancé

AUTORITE SUPERIEURE DE CONTROLE DE L’ETAT ET DE LUTTE CONTRE LA COORUPTION   :  Le projet de renforcement organisationnel officiellement lancé

Un projet de renforcement de ses capacités organisationnelles a été mis en place par l’Autorité supérieure de contrôle de l’Etat et de Lutte contre la corruption (ASCE-LC) avec l’appui de la Coopération suédoise. Et pour le lancement officiel du projet, un atelier a été initié le mardi 19 juin 2018 à Ouagadougou.

 

Lutter contre la corruption en mettant à disposition de nouveaux outils et par l’organisation de formations orientées vers la professionnalisation et le développement de la fonction communication. Tel est l’objectif du projet de renforcement organisationnel de l’Autorité supérieure de contrôle de l’Etat et de lutte contre la corruption (ASCE-LC). Un projet mis en place avec l’appui de la Coopération suédoise et dont le lancement officiel des activités a eu lieu le 19 juin dernier à Ouagadougou. C’est un projet qui est bâti sur trois composantes que sont outils, formation et communication, souligne Luc Marius Ibriga, contrôleur général d’Etat. Et le renforcement de l’ASCE-LC se fera à travers, la conception et la mise en œuvre d’outils opérationnels de gestion des ressources humaines et d’outils de management du contrôle et de lutte contre la corruption. Ensuite, la formation professionnelle des contrôleurs d’Etat nouvellement recrutés en audit et contrôle, le recyclage des contrôleurs d’Etat déjà en poste à la formation fondamentale sur les thématiques d’investigation et de gestion des déclarations d’intérêt et de patrimoine. Et la troisième composante va concerner la mise en place d’une communication qui vise à prévenir la corruption et à accroître la visibilité. C’est un projet prévu pour trois ans et financé par la coopération suédoise d’un montant d’environ 900 millions de F CFA. Selon le contrôleur général d’Etat, Luc Marius Ibriga, le succès du projet requiert l’engagement de toutes les parties prenantes et de relever que l’ASCE-LC, qui est au cœur du dispositif de la lutte contre la corruption, entend jouer pleinement sa partition à travers un partenariat dynamique au profit de la nation. Le contrôleur général d’Etat indique que dans un contexte international volatile, la bonne tenue de l’administration et la gestion efficiente des ressources publiques sont un impératif pour le maintien des équilibres macro-économiques et l’amélioration du climat des affaires. Ajoutant que la lutte contre la corruption dans toutes les sphères de la vie publique économique et sociale est indispensable à l’accroissement de l’efficacité des dépenses publiques et des performances du système économique. Mats Harsmar, premier conseiller de l’ambassade de Suède au Burkina, fait savoir que le rôle de l’ASCE-LC demeure essentiel pour le développement du Burkina tout en soulignant que si la corruption reste importante, le développement socio-économique sera négatif.

Antoine BATTIONO

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+