BALA SAKANDE AUX SIEGES DE L’UPC ET DU CDP : « Je pense pouvoir construire le siège du CFOP en 2019 »

BALA SAKANDE AUX SIEGES DE L’UPC ET DU CDP  :   « Je pense pouvoir construire le siège du CFOP en 2019 »

Un président de l’Assemblée nationale se rendant au siège de partis politiques qui ont des députés à l’Assemblée nationale. Cela sort de l’ordinaire. Mais c’est ce que Alassane Bala Sakandé, président de l’Assemblée nationale du Burkina Faso, a entrepris de faire à travers un périple qui a commencé le 14 février 2019 à Ouagadougou. Il a été reçu successivement par Zéphirin Diabré, président de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) et Eddie Komboïgo du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP).  

 

Le 14 février, fête de la Saint-Valentin, est le jour choisi par le président de l’Assemble nationale, Alassane Bala Sakandé, pour se rendre aux sièges du CDP et de l’UPC. A 8h 57mn, le président de l’Assemblée nationale fait son entrée dans la cour abritant le siège de l’UPC situé à Gounghin. Il est accueilli au pas de la porte par le premier responsable des lieux, Zéphirin Diabré, président du parti du Lion. Les deux présidents s’engouffrent dans le bâtiment principal et s’installent ; avec eux, les photographes et cameramen pour immortaliser l’instant. Après quelques minutes, ils sont priés de quitter la salle pour que le président de l’assemblée nationale, Bala Sakandé, et Zéphirin Diabré et sa suite puissent s’entretenir à huis clos. Un huis clos qui dure environ une heure. Pendant ce temps, des militants de l’UPC et les journalistes subissent les caprices de dame nature qui se sont manifestés par un vent poussiéreux qui n’a cessé de balayer la cour du siège de l’UPC. Et à un moment donné, les rayons du soleil qui se faisaient doux en ce début de matinée, ont commencé à darder certains des journalistes qui avaient opté de s’asseoir sous le soleil pensant que le tête-à-tête entre le président de l’Assemblée nationale et le président de l’UPC allait être de courte durée. Mais hélas ! A 9h 49mn, les deux battants du bâtiment s’ouvrent pour laisser sortir l’hôte et l’invité d’un jour. Les journalistes se précipitent pour arracher quelques mots aux deux hommes. « Je suis venu au siège de l’UPC, à ma demande, parce que j’ai échangé avec le président du parti qui a accepté me recevoir au siège», lance Alassane Bala Sakandé. Il indique que cette visite, « c’est pour présenter ses vœux à l’UPC et rendre compte au président du parti, de la participation et de la contribution de ses députés à l’Assemblée nationale». Bien qu’étant un parti de l’opposition, le président de l’Assemblée nationale dit ne pas nier le fait que ce sont des députés qui ont participé au travail législatif au niveau de l’Assemblée nationale. « Dire que les députés de l’opposition ont participé ne veut pas dire forcément qu’il y a eu quelque part des compromissions », souligne-t-il tout en ajoutant qu’il est venu dire merci au président de l’UPC et inviter les députés de l’UPC qui sont au Parlement, à travailler davantage au renforcement de la démocratie. Alassane Bala Sakandé vient au siège de l’UPC avec une bonne nouvelle : « nous avons pris l’engagement, au niveau de l’Assemblée, d’ériger un siège pour le CFOP parce qu’on a vu les conditions dans lesquelles travaille le CFOP ». Et il précise que « le CFOP n’a pas été demandeur » et que « c’est une initiative de l’Assemblée nationale ». Le président de l’Assemblée nationale pense pouvoir construire le siège du CFOP en 2019. La nouvelle est bien appréciée par Zéphirin Diabré, aussi Chef de file de l’opposition. « Nous sommes heureux de constater que l’émanation de l’Assemblée que nous sommes, va bénéficier d’un nouveau siège qui permettra à l’ensemble des partis de l’opposition d’avoir un meilleur cadre de travail », déclare-t-il tout en ajoutant avec un grain d’humour : « je suis non seulement heureux qu’il construise ce siège, mais j’espère avoir bientôt, l’occasion de rendre visite à lui ou à ses camarades, dans le cadre d’une alternance. Ce n’est pas fait pour un individu.  Nous sommes en démocratie et la démocratie rime avec l’alternance. Tôt ou tard, ceux qui sont dans la majorité aujourd’hui, seront dans l’opposition ».

 

« Nous apprécions son esprit d’anticipation de vouloir construire le siège du CFOP puisqu’ils vont revenir au CFOP, en 2021 »

 

Donc, pour le Chef de file de l’opposition, en faisant en sorte que l’opposition ait un cadre assez adéquat pour travailler, le président de l’Assemblée nationale rend service à l’Opposition d’aujourd’hui et celle de demain. Du reste, Zéphirin Diabré, président de l’UPC, dit être « heureux d’accueillir au siège du parti, le président de l’Assemblée qui est venu dans le cadre d’une visite de courtoisie ». A l’entendre, «  c’est une marque de considération immense à saluer. Une démarche républicaine emprunte de respect vis-à-vis de l’UPC et au-delà, vis-à-vis de l’ensemble de l’Opposition ». En retour, le président de l’UPC a adressé ses vœux les meilleurs de l’UPC, au président de l’Assemblée nationale, à sa famille et à l’ensemble de l’institution qu’il dirige. Le président de l’UPC  se réjouit de l’appréciation positive faite à l’égard des députés de l’UPC par Alassane Bala Sakandé. « C’est une indication importante par rapport à la manière dont nous devons continuer à encadrer et à conseiller nos députés pour qu’ils renforcent leur contribution républicaine », termine-t-il. C’est sur ces mots que le président de l’Assemblée nationale et le président de l’UPC mettent un point final à la visite de courtoisie. Cap sur le siège du CDP où le président de l’Assemblée est attendu à 11h. Il est effectivement à l’heure. Dans la cour du siège du CDP, à sa descente de voiture, il est accueilli par Eddie Komboïgo, président du parti de l’épi et de la daba. Là aussi, c’est le même scénario qu’au siège de l’UPC : prise de vue et échanges à huis clos, de 11h à midi. A la sortie du huis clos, le président de l’Assemblée tient les mêmes propos qu’au siège de l’UPC. Relativement à la construction du siège, Eddie Komboïgo se lâche : « nous apprécions son esprit d’anticipation de vouloir construire le siège du CFOP puisqu’ils savent qu’ils vont revenir au CFOP, en 2021, après les élections ». Par rapport aux élections, le président du CDP souhaite qu’il soit permis, cette année, que l’on revisite la loi portant sur le Code pénal pour l’intérêt du pays, parce qu’il estime que son adoption n’a pas suivi les procédures édictées par la Constitution. Tout compte fait, Eddie Komboïgo dit « avoir apprécié à sa juste valeur la visite de courtoisie ». Sur un ton d’humour, le président du CDP lance ceci : « nous avons un jeune président national qui connaît son parti d’origine, le CDP où il a tout appris. Il est aujourd’hui dans une autre formation politique et je pense qu’il y a un transfert de compétences et nous osons croire que ses aînés vont  lui permettre de transmettre son savoir et son savoir-faire parce que sa réussite à l’Assemblée nationale pourrait se dépeindre sur son parti. S’il arrive à le faire, c’est le Burkina qui  gagne ». Mais le bémol est que le président du parti semble dire au président de l’Assemblée de suivre le protocole prochainement, pour ce qui est des visites. « Pour lui, c’est lourd d’écrire et d’attendre, mais nous lui avons demandé que la prochaine fois, il suive le protocole mais nous apprécions sa volonté de construire avec un parti de l’opposition », indique-t-il. Selon le président de l’Assemblée nationale, les visites aux sièges de l’UPC et du CDP sont le début d’une série de rencontres qui vont se poursuivre parce qu’il y a au moins une dizaine de partis qui ont des députés à l’Assemblée nationale.

Françoise DEMBELE

 

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+