Condamnation en appel de l’opposant congolais Paulin Makaya : Décidément Sassou tient à son grand nettoyage

Condamnation en appel de l’opposant congolais Paulin Makaya : Décidément Sassou tient à son grand nettoyage

La justice congolaise a décidé de maintenir l’opposant Paulin Makaya en prison. En effet, hier mardi 21 mars 2017, la cour d’appel a confirmé le verdict du 25 juillet 2016 qui condamnait de deux ans de prison ferme cet opposant pour « incitation aux troubles à l'ordre public » après la manifestation qu’il a organisée contre le référendum constitutionnel qui a permis à Denis Sassou-Nguesso de briquer un autre mandat de trop. Si besoin est encore de dire que cette condamnation a de forts relents politiques, alors tous ceux qui rêvaient de voir le loup apprivoisé doivent encore prendre leur mal en patience. En effet, ceux qui pensaient que le président Sassou-Nguesso en mettra une couche de vernis de démocratie à son régime totalitaire, une fois qu’il aura fini sa forfaiture à se donner le troisième mandat de trop, devraient maintenant se rendre à l’évidence que les dictateurs s’accommodent mal au jeu démocratique. Pour eux, les opposants ne sont ni plus ni moins que des moutons noirs à envoyer ad patres ou dans le meilleur des cas les décimer politiquement à travers la case prison. Ce n’est plus un secret pour personne, le président congolais est allé à la bonne machiavélique. Il a toujours été impitoyable avec ses opposants et toute dissidence dans son clan est considérée comme un crime de lèse-majesté et traité tel. On a encore en mémoire la mort du colonel Marcel Tsourou, l’ancien numéro 2 des renseignements tombé en disgrâce en 2012, dans des circonstances troublantes dans l’hôpital militaire de Brazzaville après un malaise dans sa cellule de détention en février dernier. Cela dit, quelles que soient les dénonciations qui se feront autour de cette condamnation de Mataya, leader du parti Unis pour le Congo (UPC), le locataire du palais dit du peuple n’en aura cure, son seul dessein étant de faire le grand nettoyage dans le paysage politique congolais, autrement dit se débarrasser de tous ceux qui le perturbent ou qui pourraient troubler son règne tyrannique.

Drissa TRAORE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+