Echos des provinces

EDDIE KOMBOIGO, président du CDP : «Si je suis élu au soir de la présidentielle de 2020, je vous promets…»

 

Le président du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) Eddie Komboïgo et ses camarades du bureau politique ont fait une tournée de trois jours dans la province des Banwa. L’objectif de cette tournée est de mobiliser les militants du parti dans cette localité du pays. Cette tournée s’est déroulée les 1er, 2 et 3 mai 2019. Le 1er mai, les responsables du CDP étaient dans les communes de Kouka et de Solenzo.

« Si quelqu’un s’est trompé et a quitté le CDP et s’est rendu compte plus tard de son erreur, s’il veut revenir, accueillez-le à bras ouverts afin d’élargir les bases du parti pour la majorité et obtenir Kosyam en 2020 ». Ainsi, Eddie Komboïgo a instruit ses militants à cultiver le pardon, la tolérance et la paix. C’est alors qu’il déclarait que le CDP se battait pour une unité nationale, une réconciliation nationale et par cette sortie le président Eddie Komboïgo a exhorté les uns et les autres à la solidarité et à l’union. La tournée du jour a conduit la délégation tout d’abord à Kouka avec un escale à Djontala où le premier responsable du parti a pu bénéficier de prières et de bénédictions des anciens ainsi que des leaders coutumiers et religieux.
A Kouka, le porte-parole de la jeunesse, David Sanou, a tout d’abord peint la situation politique nationale. Des crises communautaires, en passant par la corruption, les gabegies, la situation et l’économie du pays, pour arriver à la question de la justice qu’il qualifie de politisée et de la sécurité alimentaire, le représentant des jeunes de Kouka pense que l’Etat peine à instaurer son autorité. Selon ses propos, le peuple du Burkina Faso a été trahi et le président Roch Marc Christian Kaboré n’était pas l’homme qu’il fallait en 2015. Avant de demander au parti d’avoir confiance en la jeunesse de Kouka et de mettre les moyens qu’il faut pour que la victoire dans tous les villages de Kouka soit éclatante au soir de élection présidentielle de 2020. A l’issue de cette intervention vient la représentante des femmes de Kouka, Rouata Zida. Elle a tenu à féliciter Eddie Komboïgo pour avoir maintenu le CDP debout depuis le départ de son père fondateur, le leader charismatique Blaise Compaoré, puisque c’est de lui qu’il s’agit. A en croire la représentante des femmes de Kouka, « ce que la femme veut Dieu le veut, et les femmes de Kouka veulent Kosyam pour le CDP ». Avant de mettre en garde la population du Burkina Faso « si nous disons que nous voulons la paix, le bonheur, la réussite, votons pour le CDP. Si nous votons pour le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), nos souffrances seront loin d’être terminées ». A l’issue de la représentante des femmes de Kouka, le secrétaire général a pris la parole avant de laisser le soin au président du parti de clore le bal des interventions de Kouka. A l’issue des mots de Eddie Komboïgo, départ pour Solenzo avec des escales à Gnassoumadougou puis à Ban chez les chefs coutumiers, les chefs religieux et les chefs de terre afin d’acquérir des prières et des bénédictions. A Solenzo autant qu’à Kouka les interlocuteurs se sont succédé avant de laisser le soin au président de clore la partie. A Solenzo les jeunes ont décrié  le problème de chômage des jeunes, le problème d’électricité qui sévit dans leur cité sans oublier les infrastructures. Et le président de les rassurer : « Si je suis élu au soir de l’élection présidentielle de 2020, je vous promets de créer des emplois pour la jeunesse, de construire des barrages, de goudronner la voie reliant Koudougou à Solenzo ; je promets d’électrifier la ville de Solenzo et environnants ». En sus de ces promesses, le CDP a condamné vivement les attaques perpétrées au Burkina Faso qu’il traite de lâches et d’ignobles. Par ailleurs, le CDP à travers la voix du président du parti exprime sa compassion aux familles endeuillées et leur affirme le soutien et la solidarité du parti. Il tient également à apporter aux militantes et militants du parti le salut du père fondateur du CDP. « Il me charge de vous dire que de là où il est, il a une pensée pieuse pour nous et que son souhait le plus ardent est que la paix, la réconciliation puissent se tisser au Burkina Faso et que tous les exilés à commencer par lui puissent revenir et se mettre à l’œuvre pour la construction de notre chère patrie », a laissé entendre le président du CDP.

Lassina DIARRA
(Correspondant)

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer