A la uneLa chronique du fou

ELIMINATION DES ETALONS DE LA CAN 2019 : Tirer leçon des erreurs du passé

 

Grande a été la déception des Burkinabè  à l’issue du match qui a opposé, le 22 mars dernier, les Etalons aux Mourabitounes de la Mauritanie, et qui a définitivement scellé notre sort. Finalement, le Burkina Faso ne sera pas au rendez-vous de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) qui se jouera, cette année, en Egypte, pays des Pharaons. Très peu déjà croyaient en nos chances de qualification, tant les Etalons, au cours de leurs précédentes prestations, ont travaillé à se compliquer la tâche. Si fait que leur sort ne dépendait plus seulement de leurs propres efforts sur le terrain, mais aussi de l’échec de l’Angola. Voyez-vous ? C’était très délicat. Je pense personnellement que ce sont des choses à éviter à l’avenir. Je pense que c’est lors des premiers matchs des éliminatoires qu’il faut donner le meilleur de soi-même pour se mettre à l’abri de toute surprise désagréable. Je ne suis pas footballeur, mais en tant que supporter, c’est le conseil que je donne aux Etalons qui, à mon avis, étaient méconnaissables dès le début des matchs éliminatoires. Je ne vais personnellement pas entrer dans la polémique en disant comme certains, que l’entraîneur a fait un mauvais classement. Non, tel n’est pas mon propos parce que je ne suis pas technicien. Mais je fais le constat que le football est ainsi fait que chaque fois qu’il y a défaite, il faut qu’on l’attribue à quelqu’un. Je le dis parce que ceux qui sont actuellement vent debout contre Paulo Duarte, n’auraient pas eu la même posture si les Etalons avaient réussi à se qualifier. Voyez-vous ? Sachons raison garder.

Je demande à tous les fans des Etalons de dépasser leurs émotions

La victoire, tout comme la défaite, fait partie des règles du jeu en football. Les Etalons ont été éliminés, on doit l’accepter ; que cela plaise ou pas. Pour moi, le plus important, c’est de savoir rebondir. C’est pourquoi j’invite tous les acteurs à accepter de se remettre en cause afin qu’ensemble, l’on puisse tirer leçon des erreurs du passé pour que les mêmes causes ne produisent plus les mêmes effets. Je pense que si les uns et les autres acceptent cela, les Etalons pourront, les années à venir, nous surprendre agréablement. Je me rappelle qu’après avoir manqué le rendez-vous de 2010, le Onze national avait pris sa revanche en allant jusqu’à la phase des finales en 2013. Et cela avait fait oublier les mésaventures passées. C’est en cela que je suis personnellement d’accord avec ce penseur-là qui affirme que «  l’échec est un succès pour celui-là qui accepte de se remettre en cause ». En tout cas, personnellement, je préfère voir les Etalons éliminés que de les voir malmenés lors des matchs de poule en Egypte. Car, pour moi, après avoir été vice-champions d’Afrique, l’essentiel n’est plus seulement de participer. Je ne veux plus de la figuration. Il faut gagner ou rien. C’est mon point de vue, mais les uns et les autres peuvent ne pas le partager. En tout cas, je demande à tous les fans des Etalons de dépasser leurs émotions pour regarder plutôt vers l’avenir. Car, comme on le dit, demain se prépare aujourd’hui.

« Le Fou»

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer