GESTION DE  L’UNPCB : Anatole Yaméogo installé administrateur provisoire

GESTION DE  L’UNPCB : Anatole Yaméogo installé administrateur provisoire

Le 9 janvier 2016 à Bobo-Dioulasso, le ministre de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques, Jacob Ouédraogo,  à la tête d’une délégation venue de Ouagadougou, a  posé l’acte final de résolution de la crise au sein de l’UNPCB : l’installation, dans ses fonctions, de l’administrateur provisoire à la tête de cette faîtière des cotonculteurs, en la personne de Anatole Yaméogo, Directeur général du Foncier, de la formation  et de l’organisation du monde rural (DGFOMR) au ministère de l’Agriculture. Cet ingénieur  va gérer les affaires courantes de l’Union  jusqu’à l’élection du bureau de son nouveau conseil de gestion dans 2 mois.

« A compter de ce jour 9 janvier 2017, je vous déclare installé dans vos fonctions d’administrateur provisoire de l’UNPCB ». Par ces mots, le ministre Jacob Ouédraogo a installé Anatole Yaméogo dans ses fonctions d’administrateur provisoire de l’UNPCB, le 9 janvier 2017, au siège de la faîtière. Selon le ministre, Anatole Yaméogo, veillera à l’expédition des affaires courantes de l’UNPCB jusqu’à l’élection du nouveau bureau du conseil de gestion dans deux mois. Pour  des questions de transparence et  de reddition des comptes, Anatole Yaméogo sera assisté de l’ex-chef des « dénonciateurs », Casimir Gnoumou, et  de  Célestin Gala, secrétaire général de l’UNPCB, au moment où  Karim Traoré dirigeait la faîtière.  Pour le ministre Jacob Ouédraogo,  les acteurs  de l’UNPCB ont bien voulu accueillir favorablement les propositions du gouvernement du 31 décembre 2016, pour  une sortie de crise. Anatole Yaméogo a dit s’investir avec l’accompagnement de tous les acteurs, le comité interministériel y compris, pour mener à bien sa mission. « Deux ennemis arrivent à s’entendre lorsqu’ils ont les mêmes objectifs, deux amis se détruisent quand ils ont des objectifs différents », a laissé entendre le nouvel administrateur provisoire qui s’est réjoui de la convergence des vues et des objectifs des  deux camps,  désormais unis autour de la solution gouvernementale. Karim Traoré et Casimir Gnoumou, assis côte à côte, dans la salle de rencontre de l’UNPCB,  ont assisté, chacun avec ses partisans, à la cérémonie.  Pour plus d’un cotonculteur, l’espoir renaît après la longue crise. « Maintenant, qu’on a pu mettre les deux camps d’accord, les choses iront bien et dans 2 mois, nous élirons le nouveau bureau du conseil de gestion », a confié un cotoncultueur. « Deux mois, c’est court,  on attend de voir  l’administration provisoire à l’œuvre avant de se prononcer », a tempéré un autre cotonculteur qui a dit ne pas céder à l’optimisme béat. L’administrateur provisoire a été acteur du processus de sortie de crise et ce, depuis 7 mois, selon ses mots. Il  a dit mesurer l’ampleur de la mission et travaillera à mettre en confiance tous les acteurs, des techniciens aux travailleurs de l’UNPCB, sans oublier les cotonniers. Il  a dit espérer la confiance de l’ensemble des acteurs et leur soutien pour réussir sa mission dans 2 mois.

Lonsani SANOGO

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+