Echos des provinces

GOURCY : Les partisans du maire persistent et signent

Le samedi 5 janvier 2019, les partisans du maire Kadidja Traoré, suspendue par arrêté du ministre de l’Administration territoriale et de la décentralisation (MATD),  se sont retrouvés à la place de la Nation à Gourcy pour réaffirmer leur volonté de voir madame le maire revenir aux affaires et terminer son mandat.

 

C’est une rencontre aux allures de meeting qui s’est tenue le 5 janvier 2019 à Gourcy autour de Naaba Sigri de Zoongo et de Naaba Ligdi de Bisnaba, tous du canton de Gourcy. C’est d’ailleurs ce dernier qui a planté le décor en livrant son message au nom de Naaba Baongo, chef de Gourcy. « Nous ne sommes contre personne, nous n’allons rien détruire mais nous ne voulons pas de deux maires à Gourcy et souhaitons que la femme termine son mandat » ; tel est, selon lui, le vœu des populations du canton de Gourcy. Pour le conseiller municipal du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), Laurent Ouédraogo, les principaux responsables de la crise sont les leaders politiques locaux du parti ; eux qui, selon lui, leur ont présenté Kadidja Traoré comme une femme intègre, digne de diriger la commune. « Nous avons suivi leur volonté en la votant maire à l’unanimité et nous ne comprenons pas ce qui arrive », a-t-il renchéri. Et son homologue du même parti, Tido Sogoba, de dire que le malaise au sein du Conseil municipal est né du refus du maire de signer des Permis urbains d’habiter (PUH). Il a aussi informé l’assistance de l’approbation du budget primitif de 2019 par la Commission technique régionale (CTR), lequel budget avait été adopté en novembre dernier lors d’une session boycottée par la partie hostile au maire, selon ses dires. « Restons unis car l’avenir nous donnera raison », a-t-il conclu. Le 3e conseiller à prendre la parole a été celui du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) du secteur 5, Ousséni Ouédraogo. Ce dernier est revenu sur le différend qui a existé sur le choix des sites devant abriter deux établissements d’enseignement à Gourcy, avant d’affirmer que plusieurs espaces fonciers ont été attribués ou vendus illégalement. Pour El Hadj Salif Mandé, un parti politique tire sa richesse de la population qui est son électorat et dit ne pas comprendre pourquoi le parti du Soleil levant rejette la volonté populaire dans cette crise. Et, ajoute-t-il, « nous voulons d’une population unie et non divisée et pour cela, nous invitons les leaders du parti à tout mettre en œuvre pour que la paix et la cohésion sociale reviennent à Gourcy ». Quant à Salam Ouédraogo, coordonnateur des Organisations de la société civile (OSC) du Zondoma, il a fait la genèse du feuilleton administratif et judiciaire et invité le MATD à travailler pour unir la population de Gourcy et cela passe, selon lui, par le retour du maire  aux affaires sinon, dit-il, il serait tenu pour responsable d’une quelconque division des filles et fils de la commune de Gourcy. « Quel que soit notre nombre, nous manifesterons sans relâche pour que jaillisse la vérité », a- t-il martelé. 

 

P.B. Winninmi ILBOUDO (Correspondant)

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer