LUTTE CONTRE LA MENINGITE : La campagne de vaccination débute dans la Tapoa le 29 mars prochain

LUTTE CONTRE LA MENINGITE :  La campagne de vaccination débute dans la Tapoa le 29 mars prochain

En février 2019, le gouvernement faisait cas d’une épidémie de méningite dans la région de l’Est, plus précisément dans la province de la Tapoa. Le 21 mars 2019 à Ouagadougou, la Direction de la protection de la santé de la population (DPSP) a animé un atelier de formation et d’information à l’endroit des femmes et des hommes de médias pour faire le point de la situation et les mesures envisagées pour contrer l’épidémie de méningite en cours dans la région de l’Est.

De février à mars 2019, l’épidémie de méningite a déjà fait une cinquantaine de morts dans la province de la Tapoa. Une information donnée par la Direction de la protection de la santé de la population (DPSP) le 21 mars dernier. Et le dispositif prévu dans ce cas, selon le protocole, c’est de « vacciner immédiatement le district en épidémie avec le vaccin approprié et tout district contigu en alerte ». Conformément à ce dispositif, Dr Landaogo Lionel Wilfried Ouédraogo, directeur de la Protection de la santé de la population a annoncé que la campagne de vaccination dans la province de la Tapoa débute le 29 mars prochain et prend fin le 2 avril 2019, pour la tranche d’âge de 1 à 29 ans. Plus précisément la campagne de vaccination va couvrir les zones 2, 3 et 4 du district de Diapaga. Selon les explications de Dr Ouédraogo, une requête en vaccins tétravalents (ACWY) a été soumise au Groupe de coordination international (ICG) chargé de la gestion du stock mondial de vaccins dans le courant de la semaine du 4 mars 2019. Cette requête a été traitée favorablement et 300 000 doses de vaccins tétravalents conjugués avec les consommables devraient être livrés les 21 et 22 mars 2019. Dr Landaogo Lionel Wilfried Ouédraogo a annoncé que le vaccin tétravalent qui sera administré dans la Tapoa est valable pour 5 ans minimum.

Comment reconnaître un cas suspect de méningite ?

Selon Dr Issaka Yaméogo, chef de service de la surveillance épidémiologique, est suspect tout enfant de plus de 30 mois ou toute personne adulte avec apparition brutale d’une fièvre avec des signes suivants : raideur de la nuque, trouble neurologique ou tout autre signe méningé. Est suspect, tout nourrisson avec apparition brutale d’une fièvre avec des signes suivants : raideur de la nuque, bombement de la fontanelle, plafonnement du regard, convulsion ou tout autre signe méningé. Chez le nouveau-né et le nourrisson, Dr Issaka Yaméogo a fait noter une hypothermie.
En tout état de cause, Dr Landaogo Lionel Wilfried Ouédraogo conseille à la population de consulter précocement et revenir quand il y a un souci pour qu’on puisse réajuster le traitement afin d’arriver à guérir les malades. Comme c’est l’entre-deux saisons qui est la période propice aux épidémies de méningite, le directeur de la Protection de la santé de la population demande à la population de se protéger et mettre du beurre de karité dans les narines afin d’éviter que la muqueuse des narines ne se fissure pour laisser passer des germes dans le sang, étant donné que le mode de contamination c’est par voie aérienne à travers des gouttelettes.

Françoise DEMBELE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+