A la uneOmbre et lumière

TRAFIC D’INFLUENCE DANS L’AFFAIRE ARMAND BEOUINDE

Le REN-LAC  porte  plainte contre le magistrat Narcisse  Sawadogo et son démarcheur

Le Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC) a convié,  dans la matinée du 25 juin 2020, les Hommes de médias, à un point de presse, à son siège, à Ouagadougou. Cette rencontre  a été organisée afin d’échanger  avec la presse sur l’actualité judiciaire en cours. Au sujet des affaires judiciaires sur la table du parquet du Tribunal de grande instance de Ouagadougou, l’on apprend que cette structure de lutte contre la corruption, a porté plainte auprès de ce même parquet, contre le magistrat Narcisse  Sawadogo et son acolyte Alassane Baguian et ce, pour trafic d’influence.

 

On apprenait, lors du point de presse du parquet du Tribunal de grande instance de Ouagadougou, le 18 juin dernier, que le magistrat Narcisse Sawadogo et son démarcheur Alassane Baguian sont mis en examen pour tentative d’escroquerie et diffamation. Depuis lors, le rouleau compresseur semble ne plus s’arrêter pour ces deux personnes mises en difficulté par la Justice dans l’affaire des 70 millions de F CFA du maire Armand Béouindé. Au regard des dernières évolutions, l’on peut affirmer que les deux acolytes sont vraiment dans le « pétrin ». En effet, dans la matinée du 25 juin dernier, le Réseau national de lutte anti-corruption a donné rendez-vous à la presse en vue d’évoquer avec elle, certains dossiers pendants au parquet du TGI de Ouagadougou. C’est au cours de cette rencontre que cette organisation de la société civile a annoncé qu’elle a engagé des poursuites contre Narcisse  Sawadogo et Alassane Baguian. Par le biais de son conseil, le REN-LAC dit avoir introduit une autre plainte contre ces derniers pour trafic d’influence. «Tous ceux qui ont une parcelle de pouvoir dans le traitement de ce dossier, en premier lieu les magistrats et le ministre de la Justice, doivent faire diligence pour ne pas garantir une impunité aux mis en cause et encourager ainsi la corruption dans la sphère judiciaire », a souhaité Sagado Nacanabo, Secrétaire exécutif du REN-LAC. Mais le REN-LAC n’entend pas s’arrêter là. «  Cette affaire ne doit pas nous faire oublier la principale, à savoir celle de la location de véhicules au profit de la mairie », a-t-il précisé. Et d’annoncer ceci : « Le REN-LAC suit avec intérêt cette affaire et entend se constituer partie civile, afin de contribuer à son élucidation ». Il a souhaité d’ailleurs que le maire Armand Béouindé puisse rendre le tablier  afin que le dossier suive sereinement son cours au niveau de la Justice.

 

« Il n’est pas exclu que les jours à venir, nous portions plainte contre le ministre en charge des Mines »

 

Autre affaire qui avait fait les choux gras des médias, celle de l’ex-ministre de la défense, Jean Claude Bouda. Pour avoir été la structure qui a porté plainte contre ce dernier, le REN-LAC dit avoir accueilli avec satisfaction, la nouvelle de son dépôt. «  En dépit des débats sur les questions de procédures, le plus important dans cette affaire, c’est que l’ex-ministre ne bénéficie d’aucune impunité. Qu’il soit jugé conformément aux lois et règlements en vigueur », a fait savoir le SE du REN-LAC. Et de souhaiter ceci : « Si d’aventure, il arrive à apporter la preuve de son innocence, qu’il soit déclaré innocent et relaxé ». Sur le cas d’Eric Bougouma,  ministre des Infrastructures, Sagado Nacanabo s’est voulu on ne peut plus clair : « C’est un dossier sur lequel nous travaillons. Mais l’état actuel de nos investigations ne nous permet pas de déposer une plainte contre lui ».  Avant de lancer cet appel : « C’est le lieu, pour nous, de lancer un appel à tous ceux qui détiennent des informations qui pourraient nous permettre d’avancer dans ce dossier, de le faire. Parce que nous ne pouvons pas travailler sur ‘’les on-dit’’. Il faut bien des pièces pour déposer une plainte crédible. Sinon, si on dépose des plaintes à l’emporte-pièce, je pense que vous serez les premiers (les médias) à le critiquer. Nous voulons du solide mais pour le moment, on ne l’a pas encore. Du reste, il y a d’autres partenaires qui sont sur le dossier ». Un autre ministre qui est aussi dans le collimateur du REN-LAC, c’est celui en charge des Mines. Dans le cadre de l’affaire charbon fin, « il n’est pas exclu que les jours à venir, nous portions plainte contre le ministre en charge des Mines au regard de son attitude qui ne facilite pas la manifestation de la vérité », a précisé Sagado Nacanabo. Au cours de ce point de presse, le REN-LAC est aussi revenu sur l’affaire CNSS et sur bien d’autres affaires concernant des institutions de la république. «  Les sommes en jeu sont colossales et les personnes impliquées sont des grands commis de l’Etat. Hélas ! Comment  s’étonner alors que la corruption connaisse une courbe ascendante depuis 2016, selon les indicateurs ? », s’est indigné le SE du REN-LAC.

 

Boureima KINDO

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer