A la uneOmbre et lumière

PLAN D’ABSOPTION DES CNIB

Le DG de l’ONI en parle avec le CFOP

Le Directeur général de l’Office national d’identification (ONI), Aristide Béré, a été reçu en audience, dans la matinée du 4 juin 2021, par le Chef de file de l’opposition politique burkinabè (CFOP-B), Eddie Komboïgo, et ses pairs, à Ouagadougou. Aristide Béré dit être venu expliquer le plan d’absorption des demandes de CNIB et ce, avant la révision de la liste électorale et  a souhaité l’adhésion du CFOP à ce processus.  

 

Les élections locales, à savoir les municipales et les régionales, sont prévues en 2022. Ainsi en avait décidé, lors de sa première session ordinaire de l’année 2021, l’Assemblée nationale en adoptant une loi prolongeant le mandat des conseils municipaux et des Conseils régionaux. Une élection certes en vue, mais dont la tenue dépendra du fichier électoral. Dans le cadre donc de son plan opérationnel d’absorption des demandes de CNIB inhérente à la révision du fichier électoral en prélude à ces élections locales, le Directeur général de l’Office national d’identification, Aristide Béré,  a entrepris des rencontres avec bien des acteurs intervenant dans le processus électoral. C’est ainsi qu’une rencontre entre le CFOP et l’ONI s’est tenue le 4 juin dernier, au siège du CFOP. Cette rencontre avec le CFOP, Aristide Béré l’a voulue afin d’expliquer à ces acteurs politiques, le plan qui sera mis en œuvre par sa structure, à l’effet de faciliter l’acquisition des CNIB par les nouveaux majeurs (18 ans en 2022) ainsi que ceux dont les cartes d’identité seront expirées. Aussi, le directeur général de l’ONI, par cette visite, entend obtenir du CFOP, son adhésion à ce projet de sa structure.

 

« Nous avons voulu rencontrer le CFOP à l’effet de lui expliquer les tenants et les aboutissants de ce plan »

 

Un plan que le Directeur général de l’ONI et son équipe comptent mettre en œuvre à partir du mois de septembre 2021. L’enjeu est de faciliter l’enrôlement de ces futurs détenteurs de la CNIB par la CENI lors de la prochaine révision de la liste électorale en prélude aux élections locales de 2022. Pour Aristide Béré, directeur général de l’ONI, la Carte nationale d’identité est d’une grande importance dans le processus d’enrôlement des électeurs. «  Pour expliquer et pour une bonne appropriation de ce plan, nous avons voulu rencontrer le CFOP à l’effet de lui expliquer les tenants et les aboutissants de ce projet afin de recueillir ses observations et suggestions pour le bon déroulé de ce plan. Et faire en sorte qu’il y ait une forte adhésion autour de ce plan pour qu’en définitive, de nombreux citoyens puissent venir s’inscrire pour obtenir la carte d’identité », a déclaré  Aristide Béré. Avoir une carte d’identité afin d’obtenir une carte d’électeur est un droit constitutionnel reconnu à tout Burkinabè. Et ce n’est pas au CFOP, Eddie Komboïgo, de dire le contraire car celui-ci a indiqué que  pour avoir le droit de vote, il faut avoir le document de votation et  cela est le devoir régalien de l’Etat. Mais « le gouvernement, dans ses magouilles, avait déjà exclu les Burkinabè de la diaspora en excluant la carte consulaire biométrique qui est plus sécurisée. Cependant, prenons le temps de redonner à chaque Burkinabè, où qu’il soit, un document de votation », a signifié Eddie Komboïgo, CFOP. Et ce dernier d’évoquer des craintes : « Malgré la bonne volonté du DG de l’ONI, nous craignons que le gouvernement n’ait pas les moyens de subventionner la CNIB qui est déjà assez chère ».

 

Boureima KINDO

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer