A la uneLa chronique du fou

TRANSITION AU BURKINA Voici mes critères d’éligibilité au gouvernement de transition

De manière désintéressée, je me propose de soumettre à l’attention de tous, mes critères d’éligibilité au gouvernement de transition. Je suis fou, certes, mais je pense que je vais d’abord m’intéresser au profil que devrait avoir le futur président de la transition, parce que c’est le poste le plus prestigieux. D’abord, celui-ci doit être la personnalité la plus neutre et la plus crédible possible. De ce point de vue, j’ai envie de dire que cet oiseau rare pourrait se recruter au sein de l’Eglise catholique. Cette piste est d’autant plus lumineuse que cette institution a eu le mérite, bien avant que les choses basculent, d’interpeller le régime en des termes explicites et avec des arguments pertinents, sur les risque liés à la révision de l’article 37. Aujourd’hui, l’histoire lui donne parfaitement raison. Les forces vives qui ont été à l’avant-garde de la révolution du 30 octobre, pourraient se satisfaire donc de voir l’Eglise catholique piloter la transition.

Je m’arrête ici pour faire des observations à ceux qui seraient tentés de balayer cette suggestion pour s’orienter vers un technocrate burkinabè vivant à l’intérieur du pays où à l’extérieur. A priori, je ne suis pas contre, mais je reste convaincu que la plupart des technocrates de notre pays, pourraient être gênés de conduire avec efficacité la transition. Et l’on ne doit pas être étonné outre mesure. En effet, après 27 ans du système Compaoré, l’on ne doit pas craindre de dire que bien des technocrates de notre pays sont redevables à « l’enfant terrible de Ziniaré » et à son clan. Ceux qui sont dans la Fonction publique internationale en particulier lui doivent leur carrière. Cela dit, que l’on n’aille surtout pas proposer une personnalité politique. Ce serait une erreur grave, parce qu’elle peut être tentée de travailler pour favoriser sa chapelle.

Servir sans calcul le Burkina, pourrait être un des impératifs catégoriques

Bref, l’oiseau rare à dénicher devrait être une personnalité neutre et vertueuse qui perçoit d’abord sa fonction comme un sacerdoce. Venons en maintenant aux critères qui doivent guider le choix des membres de ce gouvernement. Il est difficile d’en exclure les hommes politiques parce qu’ils sont dans leur élément. Mais il faudrait écarter tous ceux qui ont des dossiers pendants en justice. Doivent également être écartés tous ceux qui perçoivent la fonction ministérielle comme un marchepied vers la gloire et l’enrichissement. De ce point de vue, une déclaration de leurs biens, vérifiable par le peuple, doit leur être exigée à l’entrée comme à la sortie. Ces précautions sont à prendre si l’on ne veut pas former une équipe de ministres prompts à s’adonner aux prébendes. Le fou sait que ces critères peuvent être diversement appréciés. Mais le seul souci du fou est d’interpeller les uns et les autres pour que l’occasion idéale qui est donnée à notre pays pour offrir à la politique toute sa noblesse, ne soit pas gâchée parce que simplement certaines personnes ont pu se dire que le moment est enfin venu pour elles de s’empiffrer. Pour terminer, je tiens à rappeler à l’attention de tous l’idée de Kant (18e siècle) selon laquelle la morale est au-dessus de la politique et que cette morale doit édicter des principes qui sont des impératifs catégoriques qui doivent être respectés, quelle que soit la circonstance, par tous. Servir sans calcul le Burkina, pourrait être un de ces impératifs catégoriques.

« Le fou »

Articles similaires

6 commentaires

  1. Pourquoi faut-il forcément un homme ou une femme gouvernant(e) de la transition ?

    Pourquoi pas une gouvernance collégiale pour auto assurer la mission vers l’intérêt général des burkinabé ?

    Pour moi un chef religieux pourrait très bien favoriser sa paroisse au détriment des autres, et n’est pas au dessus de la morale.

  2. Un prêtre , un évéque un ..Catholique? Vous êtes inconscient ?
    Voilà une proposition qui loin d’être neutre ouvre la voie à la discrimination religieuse. Donc si je vous suit dans votre développement les autres représentants religieux n’ont pas la carrure, ni la neutralité ni l’intégrité pour assurer la transition.Aie, aie aie!!..Voilà qui ne va pas faire plaisir aux musulmans, aux protestants qui vont ..protester dans la rue. Faites attention aux raccourcis dangereux. Les guerres se religion ça ne vous dit rien? Combien de millions de morts au nom de …dieu?

  3. Moi je propose la communauté musulmane parce que là-bas il ont la culture de la zakat et de la piété absolut.Foutaise oui.ici on parle de politique et on ne veut pas d’un religieux dans cette transition.le Burkina est un état laïc même si on reconnaît qu’il y a du favoritismes dans un certains nombre de critères au niveau des recrutements.HEUREUSEMENT QUE TOUS LE MONDE N’EST PAS FOU COMME TOI.

  4. Je suis musulman mais je proposerai un Catholique. Les musulmans n’ont pas de Leaders. Il ya trop de Cheick et chacun défend ses intérêts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer