Header

ABOUBACAR SAWADOGO, SG CDP /YATENGA : « Si l’on brûle une seule cour des nôtres, nous allons en  brûler 10 »

ABOUBACAR SAWADOGO, SG CDP /YATENGA : « Si l’on brûle une seule cour des nôtres, nous allons en  brûler 10 »

Le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), section du Yatenga a organisé dans la soirée du 25 octobre 2014 à son siège à Ouahigouya, une rencontre au cours de laquelle il a annoncé la mise en place des comités de veille en vue de répondre du tic au tac à toute provocation d’où qu’elle viendra. C’était en présence des ténors du parti au niveau local et occupant des responsabilités ministérielles.

« Il y a  des rumeurs qui font état d’incendier les résidences des responsables du CDP et de l’ADF/RDA. Je veux prévenir ici que si on s’amuse à brûler une seule cour des nôtres, nous en brûlerons 10. Personne n’a le monopole de la violence et nous sommes  prêts à défendre nos intérêts », a asséné sans ambages Aboubacar Relwindé Sawadogo, secrétaire général du CDP Yatenga, par ailleurs président du Conseil régional du Nord, lors de l’assemblée générale de la coordination des femmes CDP  du Yatenga qui a vite viré en un véritable meeting  de soutien à Blaise Compaoré. Et le ministre Yacouba Barry d’enfoncer le clou : «On a brûlé notre siège de Ouahigouya et nous l’avons réhabilité à hauteur de 15 millions de F CFA puisés de nos cotisations. Cette fois-ci, s’ils brûlent, nous  allons répliquer et nous verrons qui sera le premier à avoir une autre maison. Je suis catégorique là-dessus et je le dit haut et fort. Que vous soyez de la société civile ou de n’importe quelle structure, si vous incitez les enfants à brûler nos résidences, nous allons riposter automatiquement ». « Dites à vos enfants, dans vos familles, de bannir toute forme de violence. Expliquez-leur la nécessité de préserver la paix et la cohésion dans ce pays », a tempéré la  DG de la CNSS,  Somkinda Traoré.

En effet, l’occasion a été saisie pour porter à la connaissance de tous les militants « la réconciliation scellée entre le CDP et l’ADF/RDA ». « Désormais, je vous exhorte à porter l’Eléphant au dos, car c’est un animal sage, inoffensif »,  a lâché Aboubacar Relwindé Sawadogo. Un retournement spectaculaire de situation en ce sens que ce même responsable du CDP, il y a quelques mois, demandait à ses militants de se méfier du  parti de Me Gilbert Noël Ouédraogo. « Méfiez-vous de l’Eléphant, car c’est un animal dangereux », avait-il dit en substance.

« Blaise Compaoré 2020 ! », le nouveau slogan du CDP

« Il faut désormais empêcher tout semblant de passion entre l’ADF /RDA et le CDP. Acceptez les militants de ce parti dans vos rangs. Enterrez la hache de guerre  et retenez une fois pour toutes qu’il n’y pas plus de mésentente entre nous et l’ADF/RDA. Le camarade Assimi Kouanda me charge de vous dire  que l’ADF/RDA a accepté de nous accompagner et de voter pour la modification de l’article 37 de la Constitution. C’est un acte courageux que Gilbert Ouédraogo et ses 18 députés viennent de poser », a-t-il  laissé entendre. La responsable des femmes du bureau exécutif national du CDP, Pauline Traoré, est allée plus loin en soutenant : « Blaise Compaoré aime les fils et filles du Yatenga plus que d’autres enfants. Il avait fait d’un de vos fils  un super ministre et ce dernier prenait même des décisions à l’insu du président. Blaise  Compaoré ne disait rien parce qu’il avait placé en lui une grande confiance. Pendant plus de 20 ans, ce monsieur était à ses  côtés avant de se tromper de chemin. Nous disons encore que  Blaise Compaoré aime  le Yatenga en envoyant à Abidjan Boureima Badini pour être son représentant spécial. Il a encore prouvé son amour pour  le Yatenga en nommant  à la tête de la  CNSS une de ses filles,  en l’occurrence Somkinda Traoré. Yacouba Barry et Mamounata Belem sont présentement ministres au sein du gouvernement et je n’ai pas besoin de vous dire qu’ils sont du  Yatenga. », a-t-elle déclaré sous une salve d’applaudissements. Somkinda Traoré, Mamounata Belem, Yacouba  Barry, Boureima Badini, Azèta Ouédraogo (coordinatrice des femmes CDP du Yatenga) ont tous pris la parole publiquement pour réaffirmer leur attachement à Blaise Compaoré.

 « Blaise Compaoré 2020 ! », tel était le slogan des participants. Pour le premier responsable du parti dans la province, l’assurance est garantie. « Nous ne parlerons plus de 2015, nous parlons plutôt de 2020, voire plus pour Blaise Compaoré », a-t-il confié. Ce dernier a tenu à dire à ses militants de former les comités de veille au sein des secteurs et des villages afin de répondre à toute provocation. Gonflés à bloc, les militants du CDP ont dit être prêts à donner à Blaise Compaoré d’autres mandats.

Hamed NABALMA

Articles similaires

12 Commentaires

  1. Le yatengalais

    Mr Sawadogo Boubacar PCR Nord ,vous n’êtes pas obligé d’être reconnaissant envers vos bienfaiteurs d’hier ,mais vous n’êtes pas non plus obligé de débiter des inepties Sans la protection de Salif Diallo ,l’instituteur niveau BEPC que vous êtes n’aurait jamais été préfet ,puis Haut commissaire ,et aujourd’hui PCR . Mieux, sans Salif que tu aimais avant brandir comme ton cousin pour intimider les gens et t’imposer malgré ton niveau moyen d’instruction ,tu étais aujourd’hui en prison pour tes malversations à OUARGAYE ou tu étais Haut Commissaire .Fais donc attention car tu seras surpris par la rapidité des changements

    Reply
  2. Saliou

    Faites attention Mr le PCR et mesurez vos propos. Certains parmi ceux que la CPI poursuit aujourd’hui n’ont pas dit plus que cela. Il suffit d’une étincelle et vos propos vous condamneront.

    Reply
  3. un déçu

    Je ne reconnais plus ABOUBACAR SAWADOGO c’est très grave tout le monde assume sa traitrise ou son bienfait et le temps nous le dira. Personne n’échape au temps et à son destin. c’est triste quand même

    Reply
  4. Mountuan TRAORE

    C’était mon promotionnaire du lycée Montaigne à Ouagadougou ça m’étonne pas il est resté inintelligent. Que dieu sauve le Burkina

    Reply
  5. DEB

    Ce Monsieur Sawadogo fait parti des erreurs grotesques commises par Salif Diallo. Un enseignant niveau BEPC sans plus, devenir Haut Commissaire de province alors que des Administrateurs civils ou Adjoints administratifs formés par l’ENAM sont là disponibles pour ce service. Quelle myopie politique ! Mais voilà, ce Monsieur croit même actuellement qu’il peut être Ministre de la République c’est pourquoi autant de zèle dans son comportement. Qu’à cela ne tienne ! Dans peu de temps, il retournera à la craie ou juste un poste de planton au MEBA.

    Reply
  6. Witb Yaanda

    Ce Monsieur je le connais bien. Il fait parti des déchets que SALIF a façonner par erreur. Un rénégat. Je l’ai connu depuis Gourcy. Ces propos ne me surprennent pas car, depuis qu’il était HC à Gourcy il était près à détruire un proche pour se faire de la place. il n’a pas d’ami. Il n’a que des intéret à défendre et je le comprends au regard de son niveau d’études. Une illustration: Quand je servais à Gourcy dans les années 1996-1998, il a fait voir à son propre ami enseignant AIB, trésorier de la CPOE du nom de Cessouma Ibrahim toutes les couleurs au monde. Affectation, licenciement et j’en passe. C’est ca aussi la politique lorsqu’on choisit de faire la promo d’un analphabète comme ce monsieur.

    Reply
  7. kanré

    Triste individu, ce sont les médiocres comme toi qui causent les tragédies des peuples. Ton ingratitude et ta cupidité te perdront. Qui vivra verra. Dieu sauve le Burkina

    Reply
  8. KOUTOU

    c’est triste il ne voit pas le monde qui est contre le référendum,BLE GOUDE a dit plus que ça mais aujourd’hui il est OU? Que DIEU protège le FASO

    Reply
  9. VERITE

    Comprenez les amis, c’est l’argent qui lui tourne la tête. Mange bien à la sueur de ta honte. Décidément il y’en a qui n’ont pas de moral dans ce pays… DIEU PROTEGE LE BURKINA FASO !

    Reply
  10. togosiidsoaba

    Rira bien qui rira le dernier,qui tue par l’epe perira par l’epe fils indignes de la nation ,malheur a vous si vous touchez a un seul cheveux de mes compatriotes.

    Reply
  11. saliou

    On vous a dit de contrôler vos bouches. Voilà tu l’as dit; tu es où maintenant? La politique est un art où il faut toujours remuer sa langue 7 fois avant de parler de sorte que ce que tu vas dire ne te condamne pas par la suite. Mais on comprend que pour les médiocres c’est difficile de comprendre cela. Blaise Compaoré, depuis son exil doré doit bien rire de ces gens là.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+