A la uneFocus

ATTAQUE TERRORISTE AU CAIRE

Un pied de nez à Al-Sissi

On ne s’est pas encore remis de la double fusillade qui a fait une trentaine de morts aux Etats-Unis, qu’un autre drame, cette fois-ci près de chez nous, survient. Il s’agit de l’explosion meurtrière qui a eu lieu dans la nuit de dimanche à lundi derniers devant un hôpital du Caire en Egypte. Le bilan provisoire fait état de 20 personnes tuées et une cinquantaine d’autres blessées. Les autorités égyptiennes qui avaient privilégié la piste d’un accident de la circulation, se sont très vite ravisées, expliquant que la voiture accidentée en question, transportait des explosifs devant servir à une « opération terroriste ». Ce faisant, elles accusent le groupe armé Hasm, considéré comme proche des Frères musulmans, d’être derrière cette attaque. Et sans trop tarder, le président Abdel Fatah al-Sissi a présenté ses condoléances « au peuple égyptien et aux familles des martyrs tués dans le lâche incident d’origine terroriste ». Dans la foulée, le procureur général a ouvert une enquête pour faire la lumière sur cette tragédie qui, rappelons-le, intervient seulement trois semaines après la Coupe d’Afrique des nations (CAN). C’est dire si l’impact aurait été très énorme si cette explosion meurtrière avait eu lieu pendant la grand messe du football africain qui avait réuni, dans la capitale égyptienne, de nombreuses délégations.

Qui connaît le président Al-Sissi sait qu’il ne manquera pas de sortir l’artillerie lourde contre le groupe armé mis en cause

Sans doute le niveau de vigilance avait-il été élevé si fait qu’il était difficile, pour les forces du mal, de troubler le déroulement du plus grand rendez-vous du football africain.  Pour autant que cette attaque soit véritablement l’œuvre de proches des Frères musulmans, faut-il la mettre en lien avec la mort du Frère musulman et ex-raïs égyptien, Mohamed Morsi, décédé dans les conditions que l’on sait et qui n’aura pas bénéficié du moindre égard post-mortem de la Nation ? Acte de représailles ?  En tout cas, ce drame vient rappeler aux autorités égyptiennes, que la lutte contre le terrorisme est un combat de longue haleine et qu’il ne faut jamais baisser la garde. Et c’est peu dire. Mais qui connaît le président Al-Sissi qui est visiblement piqué dans son amour-propre, sait qu’il ne manquera pas de sortir l’artillerie lourde contre le groupe armé mis en cause. Déjà, en mai dernier, douze membres dudit groupe avaient été tués par les forces armées égyptiennes, au lendemain d’une attaque à l’engin explosif artisanal contre un car de touristes, qui avait fait douze blessés. C’est dire donc que dans les jours à venir, l’on pourrait assister à une véritable chasse à l’homme sur fond de purge en Egypte. On attend voir.

B.O

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer