ATTENTATS DE PARIS : Un diagnostic de vérité s’impose

ATTENTATS DE PARIS : Un diagnostic de vérité s’impose

 

Vendredi noir à Paris. La capitale française a été durement touchée par une vague d’attentats terroristes, le 13 novembre 2015, qui ont fait plus d’une centaine de morts et de nombreux blessés. Ces événements douloureux interviennent au lendemain du sommet de Malte sur l’immigration. Ironie du sort, les résultats actuels de l’enquête révèlent que ce sont des immigrés ou des fils d’immigrés qui sont impliqués dans ces attentats. Cette situation, qui survient après les attaques perpétrées par des gens issus de l’immigration, comme celles des frères Kouachi et d’Amédy Coulibaly à Paris, apporte de l’eau au moulin des xénophobes. En tout cas, cette réalité de la radicalisation de nombreux immigrés, donne du grain à moudre à des entités comme le Front national en France. Le lynchage d’un maghrébin à Paris, en marge d’une manifestation de réprobation des attentats, en dit long sur l’état d’esprit de bien des Français et des Occidentaux aujourd’hui.

L’immigration n’est pas forcément un mal

 

Le sentiment de peur qui anime les Français aujourd’hui, est tout à fait humain et compréhensible. Il est difficile pour un pays d’accepter que des étrangers à qui il a donné gîte et couvert, se révèlent être ses pires ennemis. Il est douloureux pour la France d’être ainsi payée en monnaie de singe. Ce sentiment-là, il faut en convenir, est justifié. Seulement, il faut travailler à éviter les amalgames. Tous les étrangers, tous ceux qui sont issus de l’immigration ne sont pas des terroristes. Mieux, au nombre des victimes de la barbarie de vendredi dernier, on compte bien des étrangers dont un Burkinabè. Cela prouve si besoin en était encore, qu’il ne faut pas se tromper d’adversaire. L’humanité en général, le monde libre en particulier, ont un ennemi commun : les ténors de l’obscurantisme. Ces gens-là, quelle que soit leur nationalité, doivent être combattus par tous ceux qui rêvent d’un monde plus humain. Du reste, ce genre de malheurs est quelque part le prix à payer pour toute société qui s’ouvre au monde, pour tout pays comme la France qui fait de la liberté, de la fraternité et du respect des droits de l’homme, une de ses pierres angulaires. On l’a vu avec les Etats-Unis d’Amérique frappés en plein cœur le 11 septembre 2001 par des extrémistes qui ont séjourné sur le territoire de l’Oncle Sam. Quand on s’ouvre au monde, on s’expose, certes. Mais ce qu’on gagne en s’ouvrant est plus important que ce qu’on perd. On s’enrichit au contact et avec l’apport de l’autre. Comme le démontre l’histoire des terres d’immigration devenues prospères comme les Etats-Unis d’Amérique et le Canada, l’immigration n’est pas forcément un mal, loin s’en faut. La tentation est grande, mais il convient, pour la France, et par delà, les pays occidentaux, de travailler à éviter l’enfermement, le repli sur soi. D’ailleurs, toute attitude qui consisterait à dresser les citoyens de ce pays les uns contre les autres, toute stratégie visant à se calfeutrer, rendrait service aux terroristes. Ces barbares qui ont en horreur la liberté, le vivre-ensemble, seraient aux anges si la France plongeait dans les affres des confrontations entre populations. Ce ne sont pas ces terroristes qui se plaindraient du sort de ceux qui sont obligés de fuir leurs pays d’origine pour échapper aux affres de la mal gouvernance, de la guerre,  de la famine et de l’indigence. En d’autres termes, les terroristes se féliciteraient bien de ce que le monde se déshumanise davantage. Cela leur offrirait plus de terreau fertile pour leurs recrutements de combattants et les encouragerait à persévérer dans leur sale besogne.

Nous sommes face à un conflit de civilisation larvé qui se nourrit des injustices

Il ne faudrait pas leur offrir ce cadeau-là et il convient alors au stade actuel, d’éviter de se laisser emporter par la colère, de se laisser dominer par la peur au point d’entériner le rejet de l’autre. Bien au contraire, la France, comme les autres pays de l’Occident, ne doit pas fermer ses portes à double tour. L’Occident dans son ensemble, doit plutôt saisir l’occasion de ces douloureux événements pour faire une introspection véritable. En effet, au-delà de la condamnation unanime de la barbarie terroriste, un diagnostic de vérité s’impose. Il serait heureux que l’Occident s’attaque sans délai, à tout ce qui peut donner des alibis aux illuminés, à tout ce qui peut servir de fumure pour fertiliser le sol du terrorisme. En cela, toutes les injustices dont les Occidentaux se rendent auteurs ou complices à travers le monde, doivent être corrigées. Pour ce faire, l’Occident devrait s’employer, par exemple, à payer à leurs justes prix les matières premières des pays sous-développés, à combattre avec franchise la délinquance économique et politique dans les pays avec lesquels il coopère, la mal gouvernance, etc. Cela aura pour avantage d’assainir la gouvernance, de réduire, à défaut d’anéantir, les foyers de tension et partant, d’ouvrir de véritables perspectives pour les pays jusque-là exploités. Une telle situation sera de nature à maintenir chez elles, les populations qui cherchent aujourd’hui à migrer par tous les moyens. De plus, l’Occident devrait revoir sa politique au Proche-Orient. Les grandes puissances occidentales devraient avoir le courage de faire droit au rêve du peuple palestinien d’avoir son Etat à lui, tout en travaillant à ce qu’Israéliens et Palestiniens puissent s’accepter mutuellement et vivre en paix. Car, faut-il le rappeler, nous sommes face à une guerre de valeurs, un conflit de civilisation larvé qui se nourrit des injustices, notamment au Proche-Orient. En effet, la question du droit des Palestiniens à disposer d’eux-mêmes, sur un territoire qui leur est propre, sert d’alibi à bien des illuminés qui tuent des innocents un peu partout en Occident pour, disent-ils, se venger du soutien inconditionnel de l’Occident à l’Etat hébreu. Aux Occidentaux d’œuvrer à priver les barbares de cet alibi. Pour ce qui est des risques d’embrasement de la société française et de l’instinct de repli sur soi-même, il est déjà heureux de constater que les responsables de certains partis politiques français refusent de se laisser embarquer dans les amalgames. Cette retenue peut être salutaire à la société française. Il faut par ailleurs se féliciter que les enquêtes avancent. Elles permettront certainement d’en savoir plus sur les auteurs de ces effroyables attaques, leurs parcours et bien entendu les failles dont ils ont pu profiter dans le système sécuritaire. Des informations qui pourraient aider à mieux anticiper sur l’avenir.

« Le Pays »

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+