A la uneOmbre et lumière

DIFFICILLE ACCES A LA PUBLICITE ET A LA SUBVENTION SUR FOND DE COVID-19  

Les patrons de presse en parlent avec le président du Faso  

Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a reçu une délégation des organisations patronales de la presse privée et des publicitaires, dans l’après-midi du 21 juillet dernier au palais de Kosyam. L’objectif de cette visite était d’échanger avec le président du Faso sur les difficultés d’accès à la publicité et à la subvention accordée aux organes de presse privée dans un contexte marqué par la pandémie du coronavirus.

 

La délégation des organisations de la presse privée et des publicitaires, conduite par leur porte-parole Boureima Ouédraogo, président de la Société des éditeurs de la presse privée (SEP), a été reçu par le président du Faso dans l’après-midi du 21 juillet 2020 au palais de Kosyam. Selon le porte-parole de la délégation, cette audience avec le chef de l’Etat a été sollicitée afin de lui poser un certain nombre de difficultés auxquelles font face les organes de presse privée ainsi que les publicitaires. En effet, ces difficultés sont, entre autres, l’accès à la publicité et à la subvention. De l’avis de Boureima Ouédraogo, ces difficultés ont été accentuées par la pandémie du coronavirus. Les entreprises, de manière générale, ont été affectées par la pandémie du coronavirus mais les entreprises de presse l’on été de façon plus particulière, a-t-il affirmé. « Quand l’économie du pays ne fonctionne pas, on se rend compte qu’il y a un impact immédiat sur les entreprises de presse parce qu’une entreprise qui ne fonctionne pas, ne fait pas de la publicité », a fait comprendre le porte-parole de la délégation avant d’ajouter que les événementiels ne sont plus organisés. Ce qui fait qu’il n’y a plus de couvertures médiatiques ni de publireportages. « Une bonne partie des recettes des entreprises de presse se trouvent compromises du fait de la situation de crise que nous vivons actuellement », a laissé entendre Boureima Ouédraogo. Pour lui, la délégation a voulu porter toutes ces préoccupations au président du Faso afin de solliciter du gouvernement un accompagnement pour les entreprises de presse dans l’optique qu’à l’après Covid-19, on n’ait pas la majorité qui mette la clé sous le paillasson. Le porte-parole de la délégation a indiqué que par rapport au contexte du Covid-19, le président du Faso avait annoncé un appui pour les médias. « Nous avions pensé que c’était au niveau de la subvention que cette aide pouvait être réglée ; malheureusement, l’appel à la subvention qui a été lancé, le montant est resté le même », a fait savoir Boureima Ouédraogo. D’où l’interpellation de la délégation au président du Faso pour qu’il voie aussi dans quelle mesure elle pourrait avoir une contribution de l’Etat comme une sorte de rallonge à la subvention. Aux dires du porte-parole, la délégation a eu une oreille attentive auprès du président du Faso qui a promis de voir ce qui est faisable. « Nous pensons que dans les semaines à venir, on aura beaucoup plus de propositions concrètes sur ces points et sur bien d’autres questions », a affirmé Boureima Ouédraogo. « Le président nous a promis également de voir dans quelle mesure le ministre en charge de l’économie, le ministre de la Communication et tous les acteurs concernés au niveau institutionnel, pourraient nous recevoir pour qu’on puisse réfléchir de façon plus structurée sur les problèmes que nous lui avons soumis afin de trouver des solutions pour l’immédiat, pour le moyen et aussi pour le long termes », a conclu Boureima Ouédraogo.

 

Kiswendsida Fidèle KONSIAMBO

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer