A la uneLe fait du jour

LOOKMAN SAWADOGO, SG DE l’APPEL DE MANEGA

« Au Burkina Faso, tout le monde est victime et bourreau »

Le Comité de l’Appel de Manéga a organisé une conférence de presse pour publier les conclusions du colloque des experts et des personnes-ressources de l’Appel, tenu le 1er août 2020 à Manga autour de la problématique de l’organisation des élections, de la crise sécuritaire, la réconciliation et la paix. La conférence de presse a eu lieu le 27 août 2020, à Ouagadougou.

 

« Evaluation de la feuille de route des sages et des enjeux politiques et électoraux en lien avec la réconciliation nationale et la paix ». C’est le thème du colloque des experts et des personnes- ressources de l’Appel de Manéga, tenu le 1er août 2020. Les travaux ont débouché sur deux résolutions. A la conférence de presse, Dr Evariste Konsimbo a indiqué que le colloque a décidé que « devant l’incertitude de la situation, demande soit faite au Président du Faso, chef de l’Etat, d’ouvrir, dans les meilleurs délais, une ultime concertation nationale sans exclusive autour des exclusions pour recueillir les avis, conseils, suggestions et propositions de toutes les forces vives de la Nation dans l’intérêt supérieur du peuple burkinabè ». Ensuite, les experts et personnes- ressources ont également demandé que « devant l’impérieuse nécessité de réconciliation nationale, invitation soit adressée à tous les candidats à l’élection présidentielle à prendre, dans un élan patriotique, un engagement solennel devant le peuple de travailler ensemble, victorieux comme perdants, à l’issue de l’élection présidentielle, afin de donner une chance à la réconciliation nationale qui rassemblera les filles et fils du Faso. Que les Sages de l’Appel de Manega et toutes les bonnes volontés soucieuses de l’avenir du Burkina Faso, s’impliquent pour la réalisation de cette entente nationale ». Les travaux ont porté sur l’élaboration de propositions, de scénarios probables sur la base de quatre hypothèses. La première hypothèse est intitulée : « L’élection présidentielle va se tenir à bonne date et les élections législatives sont reportées d’une année ». La deuxième hypothèse est : « L’élection présidentielle et les législatives ne peuvent se tenir ». Le colloque a aussi émis deux autres hypothèses selon lesquelles « les élections présidentielle et législatives couplées ont lieu » et « les élections couplées sont uniquement organisées de manière partielle dans certaines parties du territoire national ».  Pour Lookman Sawadogo, tout se résume autour de la réconciliation nationale. Et c’est au chef de l’Etat de trouver le mécanisme pour la réconciliation nationale, car il ne sert à rien d’avancer les yeux fermés. Et d’ajouter que, « la réconciliation ne se limite pas à un accord ». Le Secrétaire général de l’Appel de Manéga estime que dans la situation actuelle, « au Burkina Faso, tout le monde est victime et bourreau ». C’est pourquoi, il trouve que la réconciliation nationale doit aller au-delà du politique, car le problème doit être posé en termes de survie de la nation. Apsa Diallo, personne-ressource de l’Appel de Manéga, souhaite que les résolutions issues du colloque puissent trouver échos auprès des autorités.

 

Françoise DEMBELE

 

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer