Header
Header
Header

MEURTRE D’UN SOLDAT DE L’ONU EN RCA : L’Archange Taoudera doit bander les muscles  

MEURTRE D’UN SOLDAT DE L’ONU EN RCA : L’Archange Taoudera doit bander les muscles   

 

 

La tension était montée d’un cran, le 20 juin dernier, dans le PK5, du nom de ce quartier musulman de Bangui, en Centrafrique, qui a vu fuir beaucoup de ses habitants. A l’origine de cette poussée d’adrénaline, la prise en otage de six policiers centrafricains par des milices d’autodéfense créées, aux fins de protéger les musulmans alors victimes des exactions des anti-balaka.  Et hier encore, un soldat sénégalais des casques bleus est tombé sous les balles assassines d’un tireur non encore identifié. A cette allure, il faut craindre le pire car les vieux démons ne se sont pas encore endormis. En tout cas, à l’heure où nous tracions ces lignes, la situation restait très volatile en RCA. Cela fait effectivement craindre une reprise des hostilités quand on sait que le pays tente tant bien que mal de se remettre de la longue crise sociopolitique qui, trois ans durant, aura mis à mal son développement et renforcé la méfiance entre les Centrafricains. C’est pourquoi, le nouveau président Faustin Archange Touadera qui a hérité d’un pays en ruines où tout est à reconstruire, avait fait de la réconciliation des Centrafricains la priorité des priorités. Car, comme on le sait, aucune nation ne peut se construire dans la haine et dans la division.

Osons donc espérer que ce qui se passe ces derniers temps à Bangui sera vite maîtrisé et que le pays poursuivra sa longue marche vers la rédemption. Et l’occasion faisant le larron, les autorités centrafricaines doivent mettre un point d’honneur à contraindre tous les différents groupes armés à rentrer dans les rangs pour que force revienne à la loi. A défaut, on risque de se retrouver dans la même situation qu’au Mali avec de nombreuses factions armées ; chacune disposant d’une parcelle de territoire où elle dicte sa loi. On n’en est pas encore là certes, mais le glissement est vite arrivé si rien n’est fait pour réduire la voilure des ex-rebelles centrafricains dont on sait que certains, au nom de leurs propres intérêts, se montrent ostensiblement hostiles à la paix. En tout cas, c’est l’occasion ou jamais pour l’Archange de montrer à ceux qui rament à contre-courant de la paix, qu’il ne saurait y avoir deux capitaines dans le même bateau centrafricain.

"Le Pays"

FacebookTwitterGoogle+Tumblr

Articles similaires

1 Commentaire

  1. Pingback: Centrafrique: regain de tensions au moment où les Français s'en vont - Mes Actus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+