A la uneFocus

NOMINATION D’UN NOUVEAU PREMIER MINISTRE EN RDC :

Le plus dur commence maintenant

« Habemus papam » ! Ainsi s’écrie-t-on chaque fois que l’on voit la fumée blanche sortir des cheminées de la chapelle Sixtine, au Vatican, pour dire que les Cardinaux sont parvenus à un consensus autour du nom du pape. La formule peut bien s’appliquer à la République démocratique du Congo (RDC) où après  d’âpres négociations, un consensus a été enfin trouvé sur le nom de celui-là qui sera le chef du gouvernement. Le président Félix Tshisékédi l’avait annoncé la semaine derrière sans pourtant donner de nom. Mais c’est désormais chose faite depuis hier, 20 mai 2019. Le nouveau Premier ministre s’appelle Sylvestre Ilunga  Ilunkamba. Membre du Parti du peuple  pour la reconstruction et la démocratie (PPRD) ex-parti de Joseph Kabila au pouvoir, le nouveau chef du gouvernement est originaire du Katanga et a déjà occupé plusieurs fauteuils ministériels. C’est le profil de cet homme qui semble avoir mis d’accord Joseph Kabila et le président Tshisékédi qui, dit-on, a récusé plusieurs autres personnalités qui lui ont été proposées parce que certaines d’entre elles incarnent la continuité de l’ancien système tandis que d’autres sont vomies par la communauté internationale. Et de cette dernière catégorie, le président du Conseil d’administration de la « Gécamines » que Kabila a tenté d’imposer en vain. Dès lors, on comprend pourquoi il a fallu attendre près de quatre mois après son accession au pouvoir, pour que Tshisékédi puisse trouver un Premier ministre à qui revient désormais la lourde tâche de former une nouvelle équipe gouvernementale.

 

Sylvestre Ilunga Ilumkamba est plus à plaindre qu’à envier

 

L’oiseau rare sera-t-il de bon augure ? Saura-t-il incarner le changement et la rupture voulus par le nouveau maître de Kinshasa ? Rien n’est moins sûr, à moins que le futur chef du gouvernement ne décide de rompre les ponts avec le pré-carré de Joseph Kabila dont il est issu ; auquel cas il court le  risque de se voir emporté par une motion de défiance quand on sait que l’Assemblée nationale est dominée par des députés du Front commun pour le Congo (FCC). C’est dire à quel point Sylvestre Ilunga Ilumkamba est plus à plaindre qu’à envier. Car il doit marcher sur des œufs et lui-même en est conscient ; en témoigne sa première déclaration juste après l’annonce de sa nomination : « Je considère ma nomination comme une lourde responsabilité en ce moment crucial de l’histoire de notre pays, et je m’engage à mobilier toutes les ressources nécessaires pour faire fonctionner la coalition au niveau du gouvernement et à contribuer à l’amélioration du niveau de vie des Congolais, dans la transparence et la bonne gouvernance », a-t-il laissé entendre. Et le premier obstacle contre lequel butera le Premier ministre, sera la composition du nouveau gouvernement. C’est maintenant que commence le plus dur. Car les choses risquent aussi d’achopper sur le partage des portefeuilles ministériels entre le FCC de Kabila et la Coalition pour le changement (CACH) de Tshisékédi. On attend de voir.

 

B.O

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer