RETOUR DE BEMBA EN RDC

 RETOUR DE BEMBA EN RDC

Parti sur la pointe des pieds, il revient en héros

Parti de Kinshasa sur la pointe des pieds, le 11 avril 2007, suite à des combats meurtriers entre sa milice et l’armée de Joseph Kabila, c’est en héros qu’est revenu, hier, 1er août 2018, l’ex-chef de guerre, Jean-Pierre Bemba. C’est le moins que l’on puisse dire. Car, c’est une foule immense en liesse qui a accueilli celui-là qui, après dix années passées dans les liens de la détention, est rentré au bercail à bord d’un jet privé, en compagnie de son épouse et de ses cinq enfants.

Parmi les Congolais mobilisés pour l’accueillir à l’aéroport de N’Djili, en plus des militants du Mouvement de libération du Congo (MLC), on notait la présence d’au moins un membre du gouvernement, en l’occurrence le ministre des Relations avec le parlement qui, comme pour justifier sa raison d’être sur les lieux,   rappelle que Jean-Pierre Bemba est toujours sénateur. En tout cas, pour un accueil triomphal, c’en est un, puisque Bemba, pour tester sa popularité, s’est risqué à prendre un bain de foule sur une distance longue de 25 kilomètres, allant de l’aéroport où il a atterri au centre-ville et cela, sous l’œil bienveillant d’une armada de policiers mobilisés à l’occasion pour éviter tout débordement et qui, malheureusement, n’a pas manqué de tirer sur des manifestants. C’est pour cette raison d’ailleurs que, pour parer à toute éventualité, le pouvoir congolais n’a pas souhaité que le patron du MLC emménage dans sa résidence familiale parce que, dit-on, elle est située non loin de la résidence du chef de l’Etat ; preuve, s’il en est, qu’en acceptant le retour au pays de Jean-Pierre Bemba, les autorités congolaises ont fait contre mauvaise fortune bon cœur.

Le retour de Jean-Pierre Bemba en RDC, va entraîner une redistribution des cartes

Si elles avaient des motifs pour l’en empêcher comme c’est le cas avec Moïse Katumbi qui ronge actuellement ses freins, sans doute ces autorités n’auraient-elles pas hésité à le faire. Mais on n’en est pas là.  Maintenant que Jean-Pierre Bemba est de retour au pays où, sauf changement, il devra, dès aujourd’hui même, déposer sa candidature avant de se rendre samedi prochain à Gemena, son village natal, où repose son défunt père, que va-t-il se passer ? Cela va-t-il décider le président Kabila à lâcher du lest ; lui qui, mieux que quiconque, sait que Bemba est loin d’être un enfant de chœur ?

On attend de voir puisque cela fait 72 heures environ que la majorité présidentielle dit être en concertation afin de choisir un dauphin au chef de l’Etat, même si, déjà, son propre nom revient très souvent parmi ceux-là qui sont pressentis pour lui succéder. De toute façon, les prétendants à la magistrature suprême devant faire acte de candidature au plus tard le 8 août prochain, on en saura davantage sur les intentions réelles du président Kabila. Ce d’autant que la CENI promet de publier au fur et à mesure la liste des candidats qui se seront inscrits. Mais en attendant, s’il y a quelque chose dont on est certain, c’est que le retour de Jean-Pierre Bemba en RDC, va entraîner une redistribution des cartes. C’est une nouvelle carte politique qui est en train de se dessiner.

B.O 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+