A la uneLignes de mire

ARRIVEE DES PREMIERES DOSES VACCINALES DE COVAX AU GHANA : Mieux vaut tard que jamais !

Annoncée depuis plusieurs mois par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), l’initiative Covax dont l’objectif est d’aider les pays les plus pauvres de la planète, dans la lutte contre la Covid-19, est enfin une réalité. En effet, les premières doses vaccinales sont arrivées le 24 février dernier au Ghana où elles ont été réceptionnées par les autorités dudit pays, qui n’en cachaient pas leur fierté. Avec juste raison. Car, le Ghana est le premier pays au monde à recevoir des doses financées par cette initiative. Rappelons que Covax a été mise en place par l’OMS  pour contrer la politique d’accaparement des vaccins anti-Covid-19 par les pays les plus riches qui semblent engagés dans une course contre la montre. Deux cents pays et territoires à faibles et moyens revenus sont concernés par cette initiative dont se félicite le patron de l’OMS qui n’avait d’ailleurs de cesse d’accuser les pays riches, de « sabotage ». Il en veut pour preuve la réduction du nombre de doses allouées à Covax et ce, à cause de l’activisme des grandes puissances qui n’hésitent pas à approcher les firmes pharmaceutiques pour des commandes supplémentaires. En tout cas, l’Afrique peut enfin pouffer un ouf de soulagement. Mieux vaut tard que jamais, peut-on s’exclamer ! Car, s’il est vrai que ce continent est le moins touché, il n’en demeure pas moins que l’on assiste à une deuxième vague qui oblige les dirigeants à revenir à des mesures sanitaires drastiques. C’est le cas, par exemple, du Ghana où depuis la fin du mois de janvier, les autorités ont interdit les rassemblements festifs, culturels et familiaux. En effet, les cas de contamination n’ont fait qu’augmenter.

il faudra appeler les dirigeants à plus de rigueur dans la gestion du précieux sésame

Tant et si bien que le pays enregistre au total, 80759 cas dont 582 décès. Le Sénégal, par contre, aurait pu être le premier pays de la sous-région ouest-africaine à expérimenter Covax étant donné qu’il a enregistré plus de 800 morts. Mais au regard de la gravité de la situation, le pays de la Teranga a préféré, sur fonds propres, lancer sa propre campagne de vaccination. C’est tout à son honneur.

Soit dit en passant, il faut aussi rendre un hommage appuyé à l’Union africaine (UA) qui, face aux ravages que provoque la Covid-19, n’est pas restée les bras croisés. Elle a, dans un souci d’accélérer la vaccination sur le continent, commandé 270 millions de doses à distribuer gratuitement.

Certes, ces doses paraissent insignifiantes pour une population africaine estimée à 1,3 milliards de personnes. Mais c’est déjà quelque chose de gagné, au regard de l’égoïsme vaccinal dont font montre les pays riches. Cela dit, s’il est vrai que l’on peut se féliciter de la concrétisation de l’initiative Covax à travers l’arrivée de 600 000 doses au Ghana, il faudra cependant appeler les dirigeants à plus de rigueur dans la gestion du précieux sésame. Car, on l’a vu ailleurs où le favoritisme et le laxisme ont fini par provoquer une pagaille avec des comportements pour le moins déplorables. Si fait qu’au lieu des personnes prioritaires, la vaccination se faisait à la tête du client suivant le principe du copinage ou du népotisme.

 

B.O

Articles similaires

Un commentaire

  1. Quelle belle initiative? Pour une fois, les pays, ayant les moyens financiers, techniques et technologiques, comprennent qu’ils ne sont pas seuls dans cette planète où les virus pillulent, tuent tout le monde. Je crois que les lecteurs.es auront compris cette moquerie. Biensûr il faut se moquer des initiatives de ce genre.
    Avec cette iniatiative, les rapports de force entre les pays riches, qui exploitent, et les pays dit pauvres, qui sont exploités, n’ont pas changé. La pandémie du Covid-19 ou peste chinoise n’est-elle pas une stratégie des pays industrialisés, des fondations créées et gérées par d’anciens dirigeants politiques des pays riches, des organisations internationales que ces pays contrôlent ou que leurs usines pharmaceutiques axfisient? Quelle fondation africaine participe au conseil d’administration de l’OMS?
    Recevoir des vaccins par cette initiative, c’est accepter la soumission. Plus de soixante ans après les indépendances des pays africains, les dirigeants continuent à quemander à d’autres, tendent toujours leurs mains à celles qui « donnent » sous certaines conditions; conditions qui échappent aux quémandeurs.
    Il faut toujours se rappeler cette phrase de Sankara, pleine de sens : « l’aide au développement est un investissement ». Et le covax n’est pas une aide de coeur, sinon une autre forme d’investissement, qui aura un impact négatif dans le développement socioéconomique des sociétés africaines. Après les plans d’ajustement structurel de l’axe du mal (Banque Mondiale, FMI et Organisation Mondiale du Commerce), voilà un autre moyen du rouleau compresseur des pays du Nord et de leurs organisations. Au lieu de favoriser la recherche scientifique, les dirigeants se précipitent à récupérer des miettes, venéneuses. Parce que ceux qui fabriquent comme dit l’auteur des sésames font toujours une classification entre les peuples, on ne vent pas et on ne donne pas le même produit selon qu’on est du Nord ou du Sud. Des chercheurs africains.es ont participé à ce vaccin? A un moment où des mouvements citoyens contextent les stratégies vaccinales de leurs pays, des dirigeants africains suivent bêtement le diktat des organisations occultes et du bigpharma.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer