A la uneLa chronique du fou

CAS SUSPECT D’EBOLA AU BURKINA

On croise les doigts  

En début de semaine en cours, j’ai appris qu’un cas suspect de virus à fièvre Ebola a été signalé au Burkina Faso. C’est un communiqué du ministère de la Santé qui le dit, précisant que le patient a été admis aux urgences médicales du Centre hospitalier universitaire de Bogodogo à Ouagadougou. L’intéressé, poursuit le communiqué, est arrivé de Niancarré/Kadiolo en Côte d’Ivoire où, on s’en souvient, avait été signalé un cas confimé d’Ebola. J’avoue personnellement que j’ai pris peur, dès l’annonce de cette mauvaise nouvelle. D’autant qu’elle intervient seulement quelques jours après l’apparition, à Tanwalbougou, dans la région de l’Est, d’un cas de choléra qui est aussi connu pour être une maladie très mortelle. Et ce n’est pas tout. Car, le Burkina, à l’instar de bien des pays à travers la planète, se bat depuis plus d’un an contre la pandémie du Covid-19 qui continue de faire des ravages. Voyez-vous ? Il y a péril en la demeure. Je croise les doigts pour que le pire n’arrive pas. Je ne le dis pas pour semer la psychose ou la panique chez mes compatriotes. Non ! Tel n’est pas mon objectif. Mais je veux attirer tout de même l’attention des uns et des autres sur les risques que nous encourons si nous ne changeons pas de comportements. A ce propos, je suis d’autant plus inquiet que les Burkinabè sont durs d’oreille pour ne pas dire qu’ils sont indisciplinés. En témoignent l’insouciance et l’inconscience caractérisées dont ils ont fait montre face au Covid-19 qui, pourtant, a coûté la vie à plus de cent personnes dans notre pays.

 

 

J’en appelle à une responsabilité individuelle et collective

 

 

En dépit de tout, on fait le constat que très peu de personnes acceptent de respecter les mesures-barrières édictées par les autorités sanitaires. Partout à travers le pays, les gens se comportent en « s’en-fout-la mort » si fait que l’on n’a même pas l’impression que nous sommes en pleine pandémie. Quant au vaccin, très peu de gens acceptent d’en prendre. Voyez-vous ? Il y a de quoi s’alarmer outre mesure quand on sait qu’Ebola et le Covid-19 ont pratiquement les mêmes modes de contamination et exigent un changement de nos habitudes. Je me rappelle encore le lourd tribut qu’ont payé certains pays comme la Guinée, la Sierra Léone, le Liberia et la République démocratique du Congo (RDC) qui ont connu l’épidémie d’Ebola, il y a seulement quelques années. Je touche du bois pour que le Burkina ne vive pas la même situation. Mais encore faut-il que nous acceptions de changer de comportements. Car, Ebola plus Covid-19, ce n’est pas du jeu. Et ce que je crains le plus, c’est que nos mauvaises manières ne finissent par obliger les autorités à décréter un nouveau confinement avec les conséquences qui vont avec. Cela dit, j’en appelle à une responsabilité individuelle et collective pour qu’ensemble, nous puissions vaincre tous les maux qui nous assaillent. Et je sais que nous en sommes capables, pour autant que nous fassions montre de volonté.

 

« Le Fou »

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer