A la uneOmbre et lumière

MAIRIE CENTRALE DE OUAGA

Des ouvriers en colère réclament la régularisation de leur situation

Les ouvriers de la mairie de Ouagadougou ont manifesté le lundi 15 mars 2021, pour réclamer leur salaire de février et la régularisation de leur situation. 

 

« Depuis octobre 2018, les ouvriers demandent à ce que leur situation professionnelle soit régularisée après plus de 28 ans de carrière »,  a confié Noufé Bamogo, représentant de la Confédération syndicale burkinabè (CSB), lors de la manifestation des ouvriers de la mairie de Ouagadougou. En effet, le 15 mars 2021, les ouvriers de la mairie de Ouagadougou ont pris d’assaut la cour  de l’hôtel de ville pour exiger la régularisation de leur situation et le paiement de leur salaire du mois de février. Pour le représentant de la Confédération syndicale burkinabè (CSB), structure à laquelle les 419 travailleurs sont affiliés, «  les textes disent que les ouvriers doivent bénéficier de toutes les dispositions de la loi 03 qui régit les collectivités territoriales ». De ce fait, « on ne peut pas  comprendre que quelqu’un qui a sacrifié sa vie pendant 28 ans pour la propreté de la mairie ne bénéficie pas de congés, pas d’augmentation de salaire. Il n’est pas affilié à la sécurité sociale, il ne bénéficie même pas de la pension. Le plus ancien a 75 ans, il devait être à la retraite ».  Et d’ajouter  qu’«  à nos jours, il y a 19 personnes qui sont décédées et leurs familles n’ont  même pas reçu un centime de la part de la mairie ». A entendre Noufé Bamogo, même les interventions des hautes personnalités comme le Mogho Naaba et le président du Faso  sont restées vaines.  « Depuis 2018, les ouvriers ont tenté par tous les moyens de faire entendre raison au maire. Sa Majesté le Mogho Naaba s’est impliqué pour dire au maire de régulariser leur situation, la présidence du Faso est intervenue à travers des correspondances », a-t-il laissé entendre.  Et  de poursuivre qu’« ils sont allées en grève pendant trois mois et durant cette période, la mairie n’a même pas daigné désigner quelqu’un pour venir  prendre en compte  leurs préoccupations ».

 

« Le maire a l’obligation d’être à l’écoute d’abord de sa communauté territoriale »

 

Pour Noufé Bamogo, après 90 jours de grève,  les ouvriers ont repris service et  la mairie a écrit effectivement pour dire qu’elle  prend acte de la reprise du service. La grève a duré du 5 novembre 2020 au 5 février 2021. Cependant, jusqu’à la date d’aujourd’hui, les ouvriers n’ont pas encore perçu  leur salaire de février. Est-ce que ça c’est une attitude responsable ? S’interroge-t-il. Et de renchérir : « Ce sont les citadins de la ville de Ouagadougou, à travers les élections municipales, qui ont voté d’abord les conseillers municipaux, qui ont à leur tour choisi le maire ». « En tant qu’officier de police judiciaire, le maire a l’obligation d’être à l’écoute d’abord de sa communauté territoriale et partant de là, de ses propres sujets », a-t-il dit.  D’après Noufé Bamogo, « le maire prend la mairie comme un bien privé, il prend les ressources de la mairie  pour en faire des biens privés ». Il a en outre déclaré que  « tous les maires qui ont précédé  le maire actuel ont bel et bien travaillé avec ces ouvriers. En tant que premier officier de police judiciaire, tu dis que tu te  fous de la loi alors que tu es le premier bourgmestre à faire appliquer la loi dans ta commune. La mairie n’est pas un bien privé ». A l’en croire, le maire n’est pas ouvert au dialogue. Et ces ouvriers, par la voix de leur représentant, ont déclaré qu’ils comptent passer à la vitesse supérieure si  rien n’est fait dans les jours à venir.

 

 

Rahamatou SANON

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer