A la uneSur la braise

EXFILTRATION DE BLAISE COMPAORE PAR L’ELYSEE : Quand la France va contre la volonté du peuple burkinabè

Une semaine après le départ précipité de Blaise Compaoré du pouvoir, sous la pression de la rue, l’on en sait un peu plus sur le rôle de la France dans cette fuite de l’ex- président burkinabè. En effet, après avoir soutenu, dans un premier temps qu’elle n’avait pas elle-même « évacué » Blaise Compaoré en Côte d’Ivoire où il est réfugié, L’Elysée vient d’admettre qu’elle a joué un rôle actif dans l’exfiltration de l’ex-président du Faso. « Nous avons veillé à ce qu’il soit évacué en mettant à disposition tous les moyens qui pouvaient être utiles », a dit François Hollande lui-même, en réponse à une question sur le sujet, lors d’une conférence de presse à Ottawa au Canada.

Cette attitude de la France montre toute la délicatesse de l’acte qu’elle a posé, à un tournant décisif de l’histoire du Burkina Faso.

Sait-elle seulement qu’en agissant de la sorte, elle va contre la volonté du peuple burkinabè, qui a pris son destin en main, pour chasser un dictateur qui, visiblement, ne reculait devant rien, dans sa volonté de s’accrocher au pouvoir pour un règne ad vitam aeternam ? En tout cas, ils sont nombreux les Burkinabè, à l’instar de ces syndicats qui ont même lancé un appel dans ce sens, qui auraient voulu voir Blaise Compaoré répondre devant la justice, ne serait-ce que pour connaître la vérité dans plusieurs dossiers qui n’ont jamais abouti sous son règne. Mais en l’exfiltrant de la sorte, la France ôte au peuple burkinabè cette possibilité, alors que le sort de Blaise Compaoré devrait incomber, en premier lieu, aux Burkinabè eux-mêmes. Cette action de la France peut être un bien mauvais signal pour les peuples africains, car bien des dictateurs, loin de tirer leçon de la chute de Blaise Compaoré pour s’auto-dissuader et respecter la Constitution de leur pays, pourraient au contraire se convaincre qu’il y a une autre alternative pour eux. En effet, ils pourraient penser qu’en se rendant indispensables à la France, celle-ci pourrait sans doute fermer les yeux sur leur tentative de passage en force, et pourrait, le cas échéant, venir, au dernier moment, les tirer du pétrin pour les mettre à l’abri, si les choses tournaient mal. De ce fait, ils seraient plus à l’écoute de l’Elysée que de leur peuple, et chacun cherchera à faire mieux que Blaise Compaoré, en matière de défense des intérêts de la France, pour bénéficier du devoir de redevabilité de la France à leur égard. Cette nouvelle trouvaille de la France ne sert pas les intérêts des peuples africains.

Le peuple  demandait simplement à Blaise Compaoré de quitter le pouvoir, pas le pays

Nul ne dit qu’il aurait fallu laisser un Blaise Compaoré acculé, à la merci d’une foule déchaînée, avec toutes les conséquences que cela aurait pu avoir d’un côté comme de l’autre, mais cette façon de l’exfiltrer pose quelque part problème, d’autant que le peuple lui demandait simplement de quitter le pouvoir, pas le pays. D’une part, l’Elysée n’a pas tenu compte du regard que porte aujourd’hui le peuple burkinabè sur Blaise Compaoré.  D’autre part, elle réduit les possibilités, pour ce même peuple, de lui demander des comptes. Or, après 27 ans de pouvoir, il est tout à fait normal que Blaise Compaoré rende compte à son peuple de sa gestion, aussi bien en ses points positifs qu’en ses points négatifs. Du reste, s’il en va ainsi au niveau de toutes les structures de l’Etat, il ne saurait en être autrement au sommet de l’Exécutif, aussi bien pour lui que pour ses éventuels successeurs. Autrement, ce serait une prime à l’impunité. Toute chose que le combat actuel des démocrates africains vise à enrayer sur le continent, pour plus de justice et d’équité sociale.

Comme on le voit, la France vient, une fois de plus, de prouver qu’elle n’a pas d’amis, mais des intérêts. Aussi, quand on connaît l’importance du rôle joué par Blaise Compaoré dans la sous-région ouest-africaine, point n’est besoin de dire qu’il a été pratiquement l’homme de la France, pendant plusieurs années, dans cette Françafrique où il est entré timidement, mais a finalement pris énormément de galons, surtout après la disparition des présidents ivoirien Félix Houphouët Boigny, et gabonais Omar Bongo Ondimba. Et c’est ce qui pourrait, du reste, expliquer le jeu trouble auquel la France s’est livrée, quand Blaise Compaoré ne faisait pas mystère de sa volonté de tripatouiller la Constitution de son pays, pour rester au pouvoir. Si la France avait clairement dit à Blaise Compaoré de renoncer à son projet, il y a fort à parier que celui-ci aurait réfléchi par deux fois au moins avant de rêver de tripatouiller la loi fondamentale. Mais, apparemment, elle n’en a eu ni le courage, ni la volonté réelle. Et tout porte à croire qu’elle s’est contentée de condamner du bout des lèvres son acte, et a laissé Blaise Compaoré en faire à sa tête, pour voir si la pilule passerait. Car, quoi qu’on dise, il n’est pas exclu qu’elle tienne encore à l’homme, dans cette sous-région tourmentée où elle n’a pas eu le temps de lui trouver un successeur à sa taille. L’on pourrait donc dire que c’est à contrecœur qu’elle voit son homme partir du pouvoir, surtout que son absence laissera momentanément un vide dans la sous-région. Mais va-t-elle, pour autant, lui tourner définitivement le dos et renoncer à ses services ? Nul ne saurait le dire à l’heure actuelle, en dehors des autorités françaises elles-mêmes.

Outélé KEITA

Articles similaires

16 commentaires

  1. combien de temps la majorité va s’appeler la majorité? Elle est la majorité de quoi? Et la minorité est la minorité de quoi? ou de qui? et la démocratie c’est quoi au juste?

  2. La France dit qu elle a informé les leaders de l’opossum qui ont donnne leurs accords pour le départ de BC. Il s’agit de quels leaders ? Est que l’information a été partagée à tous? Il faut que Zéph s’explique sur cette affaire grave

  3. La France n’a rien fait pour protéger Sankara, mais a tout mis en œuvre pour Blaise. La différence des 2 hommes est nette et tranchée quand à leur nationalisme.
    Une télévision panafricaine a annoncé le jour de la fuite (décidément il a habitué à la fuite ce monsieur!) du président, vers 20h30/ 21h, l’arrivée de 2 hélicoptères et un gros porteur à l’aéroport de Fada, ville à 250 km de Ouaga. Cet aéroport a une piste de 991m et peut recevoir ces types d’avions.
    Je pense que c’est cette logistique qui a servi a évacué Blaise et compagnie.
    Pour le rôle que Blaise a joué pour les intérêts français, c’était le minimum que la France pouvait lui offrir, comme elle l’a offert jadis à Bokassa, Mobutu et autres dictateurs qui ont écumé l’Afrique pour défendre les intérêts français.
    A qui le tour, messieurs les présidents?

  4. En réalité, Blaise avait le soutien du président français, François Hollande. La lettre que celui-ci lui a adressé est floue et équilibriste. On comprend pourquoi ce président n’est pas en phase avec le peuple français. Lui qui professait que la Françafrique est fini, laisse tombé son masque, ci-bas pour sauver un dictateur tripatouilleur de constitution contre l’avis du peuple burkinabé. Il est grand temps que les burkinabé comprennent qu’ils ne pourront jamais compter sur quelqu’un pour asseoir une gouvernance démocratique, gage d’un développement véritable. La chute de Blaise trace le destin du peuple burkinabé; c’est à lui de le forger.

  5. ns tous les cas, que la France le veuille ou pas, blaise rendra des comptes à son PEUPLE! Tôt ou tard. Trop de crimes( de sang surtout ) ont été commis. Il faut pas qu’ils restent impunis. Blaise paiera! Que le nabot Hollande se le tienne pour dit. Megd’!

  6. Nous devons nous méfier de la France et l’écarter de toutes nos négociations et projets . Nous n’avons plus besoin d’une France traître . Concentrons nous sur notre intégration à la CEDEAO pour notre développement socio économique, culturel et monétaire avec d’autres investisseurs .

  7. Ils sont bien optimistes ceux qui revent de voir la France se desengager de son pre carre! La volonte du peuple n’est pas leur soucis. Ils prendront le temps qu’il faut et ne reculeront devant rien pour garder le controle au Faso. Alors seulement les Burkinabe comprendront mieux les DIX ANS d’atrocites en CI.

  8. Il faut que la France sache que les choses ont changes et qu’elle cesse de créer des ennemis à son peuple. Tôt ou tard vous verrez les conséquences .

  9. Vous voulez la mort de Blaise? Pourquoi vous vous plaignez de l’exfiltration de Blaise par la France? Seriez-vous resté au pays si vous étiez à la place de Blaise? Vous n’êtes pas plus saints que Blaise, vous êtes au contraires plus judas que le diable, vous croyez que ceux qui se disent opposition aujourd’hui sont-ils exempts de tout soupçon? L’avenir nous dira et vous allez regretter Blaise mais avant cela vous allez vous regarder en chiens de faïence ici au Faso.

  10. OCCUPONS NOUS DE METTRE EQUIPE DE TRANSITION EN PLACE DABORD PUIS ON S’OCCUPERA DE LA FRANCAFRIQUE A METTRE A MORT;

    JAI TOUT UN DOC LA DESSUS ET JATTENDS POUR APPUYER CEUX QUI VOIENT TOUJOURS DE L’HYPOCRISIE DANS LES ACTIONS FRANCAISES EN AFRIQUE(BURKINA,MALI,CENTRAFRIQUE,COTE IVOIRE,NIGER,RDC,

  11. Bendatoega soit disant 1 er, on sent de l’amertume dans vos propos teintés de vengeance. Restez zen. Qu’avez-vous perdu de si important avec la chute du régime? Votre emploi? Votre « gnandé »? Des prébendes? Sachez que tout ce que vous avez obtenu avec blaise vient du PEUPLE! Et le PEUPLE est immortel!!!!!!!!!

  12. Reflexion trop caduque mon gars.a la place de ton cerveau il ya quoi dedant?on ne juge pas autrui,nous voulons une veritable démocratie au Burkina faso et non des dictateurs.tu peux ramasser tes affaires et rejoindre blaise si ça ne te plait pas.nous luttons pour acheter moutons et non pour devenir moutons
    si tu veux l’etre c’est ton bleme mais epargne nous de tes idées idiotes.

  13. Mes chers compatriotes. Soudons nous les coudes et posons plainte auprès de qui de droit contre la France pour complicité aux actes de Blaise Comparé contre son peuple. Nos éminents juristes sauront bien formuler techniquement cette plainte. Ne baissons pas les bras car bien de ficelles sont tirées de l’occident pour piloter ces marionnettes aupouvoir… Courage et prospérité au vaillant peuple burkinabé.

  14. Normal ce que Hollande a fait!En 1987 ce sont les socialistes avec Mitterand ,assisté de Jacques Foccart(le faiseur des présidents africains à l’époque)qui ont aidé Blaise Compaoré a assassiné Sankara pour prendre le pouvoir.aujourd’hui ce sont les mêmes socialistes qui sont au pouvoir en France.Il faut bien qu’ils protègent le valet local de leur impérialisme chassé comme un délinquant du Faso.Moi je suis fier aujourd’hui:je peux maintenant chanter le ditanyè.sinon la 4è Republique avec BC etait la négation des nobles paroles(révolutionnaires) de notre hymne national

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer