HomeA la uneCONCOURS PUBLIC DE LA DOUANE 2014 :Des candidats crient à l’injustice

CONCOURS PUBLIC DE LA DOUANE 2014 :Des candidats crient à l’injustice


Prosper Sanou et François Zoungrana sont deux jeunes qui ont été interpellés depuis le 17 novembre 2014 par la gendarmerie nationale de Paspanga. Admis aux tests écrit et sportif du concours d’inspecteurs divisionnaires des douanes session 2014, ils ont été éliminés lors des visites médicales pour inaptitude. N’étant pas convaincus, ils ont fait des visites médicales dans trois autres centres sanitaires de la place dont les résultats contredisent ceux des visites médicales précédentes faites au camp Sangoulé Lamizana à Ouagadougou. Mécontent, Prosper Sanou s’est rendu au domicile du médecin-colonel, Ali F. Traoré, chef de l’unité ophtalmologique du camp Sangoulé Lamizana, pour avoir de plus amples informations.

Malheureusement, la visite a pris une autre tournure puisque c’est à l’issue de celle-ci que le médecin-colonel a posé plainte contre Prosper Sanou à la gendarmerie de Paspanga, pour propos outrageux. Récit d’une affaire à laquelle nous nous sommes intéressé le 18 novembre dernier.

Classés respectivement 4e et 5e sur les 20 admis à l’issue des épreuves écrites et sportives au concours direct de recrutement d’élèves inspecteurs divisionnaires des douanes session 2014, Prosper Sanou et François Zoungrana se sentent lésés pour avoir été déclarés inaptes aux visites médicales. « Après la visite médicale, nous avons contesté les résultats car nous ne souffrons pas de la maladie dont les médecins nous accusent. Après avoir contacté le ministre, il nous a donné l’autorisation d’aller faire les visites à la garnison de Bobo- Dioulasso et quand nous l’avons fait, il nous a renvoyé à la clinique du camp Sangoulé Lamizana où nous avions précédemment fait la première visite. Et nous n’avons pas été surpris des résultats qui ont encore attesté de notre aptitude. A cet effet, nous avons contestés les premiers résultats car nous avons en notre possession, les résultats d’autres visites médicales que nous avons faites dans trois cliniques de la place dont la clinique Schiffra et Saint Camille », ainsi s’expliquait Prosper Sanou, lorsque nous l’avons rencontré le 17 novembre dernier, à la gendarmerie de Paspanga où il est détenu depuis plus de 24 heures. Que s’est-il passé exactement pour que lui et François Zoungrana soient en garde à vue ? Selon Bernard Belem, commandant à la brigade de la gendarmerie de Paspanga, tout serait parti de la nuit du samedi 15 au dimanche 16 novembre dernier, où Prosper Sanou a été interpellé sur instruction de la hiérarchie, parce qu’il serait allé proférer des menaces au médecin-colonel Ali F. Traoré, chef de l’unité ophtalmologique du camp Sangoulé Lamizana à son domicile, pour avoir été déclaré inapte au concours direct de recrutement d’élèves inspecteurs divisionnaires des douanes session 2014. Interpellé le dimanche 16 novembre dernier au téléphone, celui-ci répondra présent à la gendarmerie dans l’après-midi, en compagnie de son oncle qu’il a tenu à aviser.

« Les textes permettent de garder à vue un interpellé pendant au moins 72 heures »

« Arrivé, il avouera qu’il n’est pas le seul dans la situation et qu’il connaissais quelqu’un d’autre qui était dans la même situation que lui, en la personne de François Zoungrana. En lui demandant le concours dont il s’agissait, il me répondra que c’est le concours d’inspecteurs de douanes. Ainsi, je lui ai dit que je ne l’appelais pas pour le problème du concours. Néanmoins, je me suis entretenu avec eux de façon verbale et après, j’ai remis à chacun de quoi écrire pour me relater par écrit sa version des faits, à propos des visites. A Prosper Sanou, je lui ai particulièrement dit qu’il lui est reproché d’avoir été chez le colonel pour le menacer de mort et d’incendier son domicile et sa voiture. A cela, il m’a dit que c’est lorsqu’il quittait Saaba en rentrant chez lui, qu’il avait aperçu le véhicule du colonel. Alors, il l’a poursuivi jusqu’à son domicile où il y a eu un entretien entre les deux.   C’est ainsi que le médecin lui répondra que son domicile n’était pas le lieu propice pour parler de cela, et que s’il se sentait lésé, il pouvait recourir aux voies légales. Et suite à cela, les esprits se sont échauffés. A la question de savoir s’il avait réellement menacé le colonel, il nous a fait comprendre qu’il n’en était rien », a-t-il expliqué. C’est ainsi, a-t-il ajouté, que lui et son ami, François Zoungrana, furent arrêtés non seulement pour les besoins de l’enquête, mais aussi pour entendre le médecin-colonel Ali F. Traoré. Selon lui, les textes permettent de garder à vue un interpellé pendant au moins 72 heures. Toute chose qui explique la garde à vue de Prosper Sanou et François Zoungrana à la gendarmerie, depuis le 17 novembre dernier. Revenant sur les faits, François Zoungrana a fait comprendre qu’ils ont été déclarés inaptes à la garnison de Bobo-Dioulasso pour faute de vision et de distinction de couleur. « On nous a renvoyé à Ouagadougou pour un examen que nous n’avions pas préalablement fait et c’est le même résultat, alors que dans les centres sanitaires civils, on ne détecte aucun problème médical surtout de vision de couleur. Ce que je souhaite, c’est que la lumière soit faite pour que je sois rétabli dans mes droits », a-t-il réclamé. Présente à la gendarmerie depuis l’interpellation de son fils, la mère de Prosper Sanou, Awa Claire Sanou/Kéré, a demandé à ce que les autorités compétentes fassent la lumière sur cette affaire qui lui semble très floue. «J’exige la libération pure et simple de mon fils, car  nul n’est au-dessus de la loi. Je demande à ce que le ministère de la Défense se saisisse de cette affaire pour le rétablir dans ses droits », a-t-elle souhaité. Au moment où nous quittions les lieux, les deux candidats malheureux étaient toujours entre les mains de la gendarmerie, en attendant l’arrivée du plaignant, le médecin-colonel Ali F. Traoré.

Mamouda TANKOANO

 


Comments
  • ça ne me surprend pas puisque ça toujours été comme cela avec le regime blaise compaoré.la corruption a pris une ampleur considerable qu’il faut vite corriger.nous pouvons meme dire ke presque tous les bons concours direct de l’etat au burkina faso sous l’ancien régime est un deal.pour avoir un concours il faut débourser une importante somme d’argent ou bien connaitre quelqu’un de tres inffluent.en ce qui concerne les concours de la douane,on peut meme dire ke tous le processus est affaire.
    nous demandons à nos autorités actuelle d’ouvrir l’oeil pour ke ces methodes banales finissent au burkina faso,ke ceux qui ont travaillé soient les meritant.

    19 novembre 2014
  • Distinction des couleurs? ça veut dire qu’ils sont daltoniens?C’est pour qu’ils ne confondent pas les billets de dix milles avec ceux de cinq cent quand ils vont plumer les commerçants aux frontières?

    19 novembre 2014
  • Au nouveau regime d’entrer en jeu, l’injustice avait creusé un fossé entre les gouvernés et les gouvernant. Ce sont des situatiions de ce genre qui justifie la présence de Lt Cl Zida dans la transition. Alors Mr le premier ministre montrez nous votre conception de ces faits, et surtout ne managez pas la mediatisation. En effet on ne peut tout suivre ou surveiller dans un pays, mais la brébis galeuse qui se fait prendre doit subir les conséquences de ses actes sous le courroux des chefs. S’il y a des coupables, alors qu’ils paient, je note ici que nous n’avons que la version des candidats. Wait and see.

    19 novembre 2014
  • Merci pour la SONABEL. je crois que tout “responsable” qui ne maitrise les contours de ce mot doit être écarté. Bien on nomme pour un objectif , s’il y a incompétence alors merci et on passe à plus compétent. Il faudrait qu’on revoit tous ces gros salaires inutiles des DG des sociétés d’Etat, tout salaire devrait nécessairement avoir un rapport avec le SMIG / SMIC. La douzaine de DG SONABY aux Hôpitaux CNSS …. se tapent plus du quart de milliards sans compté les autres avantages, tout doit être revue en vue d’éviter ces exhobités insultant pour les honnêtes citoyens. 1 à 5 million pour quelqu’un qui n’est même pas un ministre et après on vient se plaindre de la santé financière de notre budget, quant même ou est l’équité? et le revenu du brave paysan on en fait quoi?

    19 novembre 2014
  • c’est pas compliqué compaoré n’est plus la. il suffit d’aller à la gendarmerie avec les preuves de fraude et la ca ira vite. au lieu de s’étaler dans le forum.

    19 novembre 2014
  • Bonjour
    Que Justice soit faite, le Burkina Faso est sur une nouvelle voie, chers nouveaux dirigeants ont vous croient, c’est à vous d’agir pour que la vérité triomphe

    20 novembre 2014
  • Sous le régime de Blaise,les concours dits de premier choix avaient l allure d une liste de commandement
    ou étaient intégrés les parents,les enfants des amis,les intimes soit par relation affine soit en échange d une certaine somme.
    les avis recrutements par exemple a la sonabel a la cnss a la poste et les concours(douane , enaref ….)qui légalisent la fraude et la corruption sont imprenables car ils sont publies juste a titre d information.
    DIEU aide nous a avoir un lendemain meilleur

    20 novembre 2014
  • ce qu’il faudrait faire ds ce genr d cas è d’abord apporter dè preuv.ens8t créer 1e commi§ion d’enquête qui sra chargée d mettr la lumièr sur lè [email protected] portées cntr l’ex régime é punir lè brebis gâleuses l + severem# po§ibl au vu é au su d tous pr servir d’exples af1 d dcourager tte personne mal 1tentionnée.enf1 rtirer ts lè b1 mal acquis.
    Nb:pr rspecter l’esprit d changem# dè [email protected] é lè hommes tombés,cè enquêtes ne dvrait en r1 êtr 1e cha§e aux sorcières

    22 novembre 2014

Leave A Comment