Missive à mon oncle

L’Oncle au neveu

Mon cher neveu, j’aimerais, avant tout propos, te dire yako, suite au décès de notre regretté Leonard Groguhet, celui-là même qu’on a surnommé, le Louis de Funès ivoirien. Il a bercé notre enfance à travers la série télévisée satirique « Comment ça va ? », qui évoquait avec humour les travers de la société ivoirienne. Que son âme repose en paix ! Pour ce qui est de l’actualité chez nous au Faso, sache que l’Alliance des jeunes pour la République (AJIR) a décidé de fusionner avec le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP). Selon Aboubacar Gansoré, la motivation de cet acte de fusion vise à soutenir les actions du président Roch Marc Christian Kaboré. Cette décision de l’AJIR a été appréciée à sa juste valeur par Urbain Yaméogo, membre du bureau exécutif national du MPP, qui a salué la sagesse et la grandeur d’esprit des responsables de l’AJIR. Pour rappel, mon cher neveu, c’est en février 2014 que l’Alliance des jeunes pour l’indépendance et la République (AJIR) a été portée sur les fonts baptismaux. Soit quelques jours après la vague de démissions des 75 cadres (dont Roch Kaboré) du CDP (parti au pouvoir à l’époque) suivie de la création de leur parti, le MPP, le 25 janvier 2014. Il était dirigé par Adama Kanazoé, figure connue des mouvements et événements estudiantins des années 2000.Toujours en politique, je t’informe que les responsables de l’Union pour la renaissance/Parti sankariste (UNIR/PS) et du Mouvement patriotique pour le salut (MPS) ont organisé, le 4 septembre 2021 à Ouagadougou, « une rencontre de cadres ». L’objectif était de permettre aux participants de créer un brassage afin de faire d’eux, des relais auprès de leurs bases respectives pour un « succès franc » de la fusion annoncée par la signature d’une convention en début août 2021. A cet effet, le président de la coalition, Bénéwendé Stanislas Sankara, a reconnu qu’un regroupement de partis politiques n’est pas chose aisée. Pour lui, même si les partis se fédèrent et que les militants n’adhèrent pas, cela reste peine perdue. Pour que la mayonnaise prenne, il était donc nécessaire, pour eux cadres, d’initier cette rencontre d’échanges, pour mieux cerner l’enjeu du sujet.  Les échanges se sont tenus autour d’un panel sous le thème : « Regroupement des forces progressistes : quelle alternative pour le peuple burkinabè ? » Il a aussi été question de l’unité d’ensemble pour aller « comme un seul homme » au congrès qui se tiendra en octobre prochain. En politique toujours, le Parti socialiste-Burkina (PS-Burkina) a tenu, les 3, 4 et 5 septembre 2021 à Ouagadougou, son congrès extraordinaire. Il était placé sous le thème : « Donner une nouvelle orientation dans la vie de PS-Burkina pour la consolidation de la paix et de la démocratie au Burkina Faso ».  Selon le président du parti, Aboubacar Rimnogdo Balima, le premier congrès du PS-Burkina se tient dans des conditions difficiles, au regard de la situation nationale agitée. Cette nouvelle voie que veut prendre le PS-Burkina, bien que fondée sur l’idéologie de la sociale-démocratie, devra partir de l’idée de base que « faire la politique, c’est apporter des solutions efficaces et durables aux problèmes des populations. » La conviction du parti, a soutenu M. Balima, c’est d’établir que ce n’est pas l’avenir du pays qui appartient à la jeunesse mais plutôt la jeunesse qui est l’avenir du pays.  En sport, les Etalons du Burkina Faso ont battu le Mena du Niger (2-0) lors de la première journée des éliminatoires de la Coupe du monde Qatar 2022, le 2 septembre dernier. Franck Lassina Traoré et Mohamed Konaté ont inscrit les deux buts.  Cette victoire permet aux Etalons de bien entamer les éliminatoires de la Coupe du monde 2022 en attendant d’affronter les Fennecs d’Algérie le 7 septembre 2021 au grand Stade de Marrakech.

Sur ce, je te dis au revoir et que Dieu nous garde !

 

Ton oncle

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer