A la uneCHRONIQUE DU FOU

LUTTE CONTRE LA CORRUPTION AU BURKINA: A quand l’opération mains propres ?

 

Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, dans son discours prononcé le 25 novembre 2021, soit quelques jours après le drame d’Inata qui avait coûté la vie à 59 personnes, avait promis, entre autres, de lutter contre la corruption à travers une « opération mains propres ». Toute chose que bien des Burkinabè ont accueillie favorablement , estimant que l’on ne peut pas gagner la lutte contre le terrorisme avec des comportements peu recommandables. Il faut en finir avec les pratiques malsaines que l’on constate dans la gestion des biens publics dans la mesure où certains semblent en disposer comme d’un legs familial. Ce n’est pas moi qui le dis. Les faits parlent d’eux-mêmes quand ils ne sont pas parfois têtus. Et il suffit de parcourir les rapports de l’Autorité supérieure de contrôle d’Etat et de lutte contre la corruption (ASCE-LC) et du Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC), pour s’en convaincre. Les corrompus, il y en a dans la haute sphère de l’Etat. Mais je fais le constat que depuis le discours de Roch en fin novembre, trop de temps s’est écoulé sans que, concrètement, l’on ne voie bouger les lignes. Car, à ma connaissance, je n’ai pas entendu qu’un gros bonnet épinglé pour corruption, a été débarqué de son poste ou arrêté. Le seul cas dont j’ai souvenance est celui du président du Conseil régional des Cascades qui, avant même la sortie du chef de l’Etat, était déjà dans de beaux draps. Je n’ai rien contre quelqu’un mais je souhaite que tous ceux qui ont eu à tremper la main dans le cambouis, rendent des comptes. C’est à ce prix seulement que l’on pourra aller vers cette gouvernance vertueuse dont rêvent tant les Burkinabè et ce, depuis l’insurrection populaire d’octobre 2014 qui a mis fin au régime vermoulu de Blaise Compaoré.

 

                     Si certaines dérives continuent jusque-là, c’est à cause de l’impunité

Ce n’est pas impossible pour autant que Roch Kaboré fasse montre de volonté politique. S’il réussit ce combat, j’avoue qu’il entrera dans l’histoire par la grande porte puisque tout le monde retiendra que c’est lui qui aura ouvert la porte à la bonne gouvernance au pays des Hommes intègres qui, depuis quelques années, il faut avoir le courage de le dire, ne sont plus si intègres que cela. Mais je me demande réellement si Roch Kaboré peut réussir le combat contre la corruption et les détournements de deniers publics. J’en doute personnellement d’autant que dans son entourage même, il y a des filous qui n’hésitent pas, s’ils ont l’occasion, à se « servir » comme on dit. Et ça, ce n’est pas moi qui le dis. Les médias et autres structures de contrôle en parlent presque chaque jour que Dieu fait. Pour moi, si certaines dérives continuent jusque-là, c’est à cause de l’impunité. Je le dis parce que si untel prend des libertés avec les deniers publics sans être sanctionné, cela ne peut qu’encourager d’autres. Et là, les choses ne feront qu’aller de mal en pis ; chacun pouvant se dire qu’il n’y a rien en face. Voyez-vous ? Il y a nécessité de siffler la fin de la récréation dans le pillage de nos ressources, étant donné que notre pays fait partie des plus pauvres de la planète. Prenons exemple sur le Rwanda, par exemple, qui est parti de rien mais qui, aujourd’hui, fait partie des pays les plus développés du continent et cela, en dépit de ses maigres ressources.

                                                                          « Le Fou »  

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer