Header

PROBLEME D’EAU ET D’ELECTRICITE : La CCVC/Yatenga interpelle à nouveau les autorités

PROBLEME D’EAU ET D’ELECTRICITE : La CCVC/Yatenga interpelle à nouveau les autorités

Les responsables des structures membres de la coordination provinciale de la CCVC du Yatenga ont animé une conférence de presse dans la matinée du vendredi 19 août dernier au sein de la CGTB de la ville de Ouahigouya. Les revendications étaient essentiellement orientées autour de grands axes tels la situation d’eau et d’électricité. A ceux-ci s’ajoute celles  du CHR, et de l’université de Ouahigouya qui peine à fonctionner normalement.

 

La coordination provinciale de la coalition nationale de la lutte contre la vie chère, la corruption, la fraude, l’impunité et pour les libertés (CCVC), depuis sa mise en place en 2008, a fait de la défense des intérêts matériels et moraux de la population du Yatenga sa première priorité. C’est pourquoi dans la matinée du vendredi 19 août 2016 elle a invité les journalistes de la ville de Naaba Kango pour faire une lecture d’interpellation en présentant les préoccupations de la population du Yatenga ; préoccupations auxquelles les autorités gouvernementales sembleraient ignorer. Ce fut une conférence de presse qui a lieu au sein du siège de l’Ecole Démocratique et Populaire (EDP) de Ouahigouya aux environs de 9h et animée par monsieur Check Abdoul Dramane Ouédraogo le Président de la CCVC/Yatenga et  SG du CGT-B/Nord. Etaient également présents lors de cette conférence le SG du SYNATEB Somgaalian Sawadogo et Barry Rasmané de l’USTB.

On se rappelle courant année 2015, constatant une dégradation de plus en plus vertigineuse des condition de vie et de travail des populations de la province du yatenga, et surtout suite aux dizaines de décès constatées en 48 heures dans le seul service pédiatrique du centre hospitalier Régional (CHR) de Ouahigouya, la coordination a lancé une vaste campagne de revendications sur les prestations de la SONABEL, de l’ONEA, du CHR et du CUPO. Ce qui a conduit à une grande marche de protestation, le 11 novembre 2015 à Ouahigouya, qui a connue la mobilisation de la part des populations de la province. Il faut dire que cette marche a permis de constater des avancées aussi minimes soient-elles dans les secteurs d’activités suscités.

 

Ainsi, Check Abdoul Dramane Ouédraogo le Président de la CCVC/Yatenga a donné sa position sur la situation du CHR est fréquemment plongé dans le noir à cause d’une panne d’électricité que les responsables n’arrivent point à résoudre depuis la première semaine de juillet. Le système d’oxygénation fonctionne au ralenti au grand dam des agents de la santé. A écouter le Président de la CCVC/Yatenga, la fermeture des blocs de la maternité  a été constatée pour faute d’approvisionnement permanente en courant électrique. « Du coté du centre polytechnique universitaire de Ouahigouya (CUPO) rien n’est fait pour l’amélioration. Les conditions dans les quelles les étudiants prennent leurs cours sont précaires », selon toujours Check Abdoul Dramane.

Sur la SONABEL, il est ressorti de cette conférence de presse que, les coupures d’électricités sont devenues très reccurentes depuis plus d’un mois et cela ralentit les activités administratives et économiques. Quant au quatrième point de revendication qui concerne l’ONEA, il faut dire que les membres de la coalition ont avoué que l’eau de robinet est devenue très rare malgré le fait que les barrages débordent d’eau depuis le début du mois d’avril. L’eau est là mais la population souffre pour en avoir. « Pendant plus de deux mois, l’ONEA n’utilise plus l’eau du barrage. Elle utilise l’eau de forage », a précisé le SG du SYNATEB, Somgaalian Sawadogo pour expliquer la cause de pénurie d’eau.

 

Notre rôle n’est pas de trouver des solutions mais de taper pour que le gouvernement trouve les solutions

 

A ces questions sont venues se greffer d’autres préoccupations urgentes notamment celles des digues des barrages de Goinré, Séguénega. Selon l’unité d’action syndicale du nord, Ces deux digues sont entrain de s’effriter et les populations environnantes en souffrent énormément. « Le barrage de séguénega est de 1962 et son état actuelle n’est pas appréciable. La digue est entrain de partir et des populations ont commencé à se déplacer. Des sacs ne peuvent pas contenir la digue, actuellement la route est barrée, les motos ne passent plus donc la digue va céder. Il faut qu’on prenne des dispositions et ne pas parler de changement climatique. Le gouvernement a une capacité de prendre de décisions et de respecter ses engagements », Somgaalian Sawadogo de lancer son cri de cœur au gouvernement Thiéba.

La CCVC/Yatenga convie par ailleurs l’ensemble de ses militants et sympathisants ainsi que la population du Yatenga à une assemblée générale le samedi 27 août 2016 à 08h 30mn au siège de l’EDP, pour l’adoption d’une Plateforme Minimale d’Action (PMA) qui synthétisera l’ensemble des préoccupations.

 

RIMEDO Séverin, correspondant.

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+