Missive à mon oncle

MISSIVE A MON ONCLE

Cher oncle,

Après avoir pris acte du contenu de ta lettre, je me mets à mon tour à table pour te faire le point de la situation, ici, en Côte d’Ivoire, en ce qui concerne l’actualité.  D’abord, je t’informe que l’ex-président Laurent Gbagbo a reçu, le 28 août 2021, les populations Wê des régions du Guemon et du Cavally dans son village natal, Mama, dans la sous-préfecture de Ouaragahio. Cette rencontre, symbolique, sollicitée par les cadres wê, avaient un seul but : dire bonne arrivée, dire « Bohi » au président Laurent Gbagbo après 10 années passées hors de la Côte d’Ivoire. A cette occasion, l’honorable Hubert Oulaye, cadre wê, a annoncé à Laurent Gbagbo que les populations wê ne sont pas venues les mains vides.  Elles lui ont offert une tonne de riz, un bœuf, des condiments, des sacs de vivres, des pagnes, etc. Dans son adresse, l’ex-président Laurent Gbagbo, après avoir demandé une minute de silence pour tous les morts, a salué le peuple wê dans son entièreté et dans toutes ses composantes. Il a, par la suite, désapprouvé cette « mauvaise manière » de faire la politique en causant de nombreux morts, juste pour accéder au pouvoir. Il a, à cet effet, invité les cadres wê à conclure l’étude sur ce qui est arrivé en pays wê,  car, selon lui, si les causes ne sont pas énumérées, le cycle ne s’arrêtera pas. Laurent Gbagbo s’est montré proche des populations wê et a promis de faire, prochainement et personnellement, le déplacement en pays wê, où il s’inclinera sur les fosses communes. Annonce qui a suscité la joie des populations. Cette rencontre symbolique   a été aussi   marquée de libations, de danses, de chants et de rites traditionnels.  Mon cher oncle, alors que Laurent Gbagbo recevait, chez lui à Mama, des représentants du peuple wê, issus de l’Ouest du pays, Pascal Affi N’Guessan sillonnait sa région du Moronou. Une tournée « d’explications » pour le président du FPI-légal, nécessaire après la rupture claire et nette avec l’ancien chef de l’Etat.  Toujours en politique, sache qu’à quatre ans de la prochaine élection présidentielle, Jean Louis Billon affiche déjà ses ambitions. Le secrétaire exécutif du PDCI-RDA en charge de la communication et de la propagande, se présente comme le candidat idéal de sa formation politique et il ne s’en cache d’ailleurs pas. « Je pense qu’il y aura plusieurs candidatures. J’annonce la mienne en premier. Il est possible et souhaitable qu’il y en ait d’autres et nous choisirons. Je pense que je peux obtenir la caution du PDCI », a confié avec assurance l’ancien ministre dans une interview accordée au quotidien gouvernemental Fraternité Matin. Mais la tâche ne sera pas aisée pour le député de Dabakala. Ses positions tranchées en faveur d’un rajeunissement des instances du PDCI et de la prise de responsabilités de la nouvelle génération, suscitent une vive polémique au sein de sa famille politique. Certains caciques du parti, perçoivent cette posture de l’homme d’affaires, comme un acte de défiance vis-à-vis de l’inamovible Henri Konan Bédié, candidat naturel du PDCI. Une situation qui devrait aboutir à la convocation de l’ex-ministre devant les instances du parti. « Je dois dire que les responsables du parti sont préoccupés ; on s’intéresse à ce qui a été dit. Dans quelle condition cela a été dit et quel est le projet comme vous aimez à le dire. Sachez tout simplement que le PDCI va gérer cette question et bien d’autres en interne », a récemment déclaré Allah Kouadio Remy, précisant que la question « sera gérée rapidement ». Mais Jean-Louis Billon reste convaincu qu’il ne rame pas à contre-courant des idéaux du parti.  « C’est depuis le dernier bureau politique que cela avait été annoncé et accepté à l’époque par le parti. Donc, je ne rame pas à contre-courant. Nous sommes en pleine réflexion et j’exprime haut et fort les idées que j’ai pour le parti. C’est-à-dire le rajeunissement des instances et la prise de responsabilités de la nouvelle génération. Il n’y a rien de nouveau dans mon discours. Depuis mon discours à Yamoussoukro marquant la rupture avec le RHDP, j’avais déjà parlé de l’entrée en action avec la nouvelle génération ». Sur ce, cher oncle, je te dis au revoir et à bientôt.

 

Ton neveu

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer