PRESIDENTIELLE 2015 : Jean Baptiste Natama candidat

PRESIDENTIELLE 2015 : Jean Baptiste Natama candidat

Il avait été annoncé comme candidat à l’élection présidentielle de 2015. Mais sous la bannière de quel parti ? Beaucoup l’ignorait. Lui, c’est Jean Baptiste Natama, Directeur de cabinet de la présidente de la Commission de l’Union africaine qui a été investi comme candidat de la Convergence patriotique pour la renaissance/Mouvement progressiste (CPR/MP). Les membres de ce regroupement politique ont animé une conférence de presse le 17 janvier 2015 à Ouagadougou, pour donner les raisons de leur choix porté sur l’ancien Secrétaire permanent du Mécanisme africain d’évaluation par les pairs (MAEP).

 

C’est officiel, l’actuel Directeur de cabinet à la présidence de la Commission de l’Union africaine, Jean Baptiste Natama sera le candidat de la Convergence patriotique pour la renaissance/Mouvement progressiste (CPR/MP) à l’élection présidentielle prochaine. L’information a été donnée aux hommes de médias, le 17 janvier dernier au Conseil burkinabè des chargeurs (CBC), en l’absence de l’intéressé. Selon Amadou Tapsoba, coordonnateur de la Convergence Patriotique pour la Renaissance/Mouvement Progressiste (CPR/MP), le choix de l’ancien Secrétaire permanent du Mécanisme africain d’évaluation par les pairs (MAEP), qui n’aura pas de statut particulier dans le bureau du mouvement, n’est pas fortuit. « C’est au regard de la convergence des idéaux entre un mouvement de patriotes et de progressistes et un « intellectuel organique », c’est-à-dire « homme qui comprend par la théorie et sent aussi par l’expérience la vie du peuple. En effet, le diplomate de carrière, enseignant-universitaire, fin observateur de la scène politique nationale, écrivain, celui qu’on appelle affectueusement « Monsieur bonne gouvernance » s’est illustré par de nombreuses prises de position et de réflexions qui s’inscrivent dans la continuité actualisée des ambitions politiques des dirigeants qui ont fait la fierté de la Haute-Volta, aujourd’hui Burkina Faso. Nourri d’un patriotisme indiscutable et d’un esprit panafricaniste à toute épreuve, Jean-Baptiste Natama est porteur d’un projet de société qui entend donner corps aux valeurs de justice, d’équité et d’intégrité. Il se veut le préfacier d’une nation libre, fraternelle, prospère et résolument tournée vers le progrès individuel et collectif  », a-t-il soutenu.

 

La CPR/MP, un parti qui s’est appuyé sur l’existant

 

Selon les explications de Amadou Tapsoba, si le diplomate Natama a accepté de se présenter en 2015, c’est parce que les membres d’un certain nombre de partis politiques, de mouvements et d’associations de jeunes, de femmes et d’hommes sans considération d’appartenance ethnique, religieuse, sociale, réunis au sein de la CPR/MP le lui ont demandé. « Nous avons eu des échanges fructueux avec Jean Baptiste Natama et c’est à l’issue de ce long entretien qu’il a accepté de se présenter », a-t-il revélé, avant d’ajouter que la CPR/MP tire sa légitimité des aspirations profondes des Burkinabè à un changement radical qui soit porteur d’une refondation. «  Elle se veut héritière de toutes les valeurs humanistes qui ont constitué et constituent le socle des grandes nations d’hier comme celles d’aujourd’hui», a-t-il martelé. C’est pourquoi, a-t-il poursuivi, elle s’est appuyée sur l’existant. « Elle comprend en ce moment une quinzaine de partis politiques dont les partis progressistes, et d’associations, notamment la Génération Natama pour la renaissance africaine », a-t-il mentionné. Le représentant de la diaspora, Eugène Da, lui, a laissé entendre que ce n’est pas le physique de Jean-Baptiste Natama qu’ils suivent, mais ses idées. « Il pourra  apporter des réponses à travers un langage, des politiques, des pratiques et surtout, la traduction de sa vision dans des institutions véritablement républicaines, inclusives et protectives », a-t-il indiqué. Faisant la retro-spective de la situation socio-politique du pays, les membres de la CPR/MP ont expliqué que l’insurrection des 30 et 31 octobre derniers n’est pas un événement partisan, mais un événement patriotique qui est l’aboutissement de plusieurs années de lutte menée par des patriotes de l’intérieur comme de l’extérieur. «Il y a un temps dans l’histoire des peuples et des nations, où les événements incitent à des postures et à des actes de responsabilités collectives qui participent de la traduction effective de leurs aspirations. Les journées héroïques des 30 et 31 octobre 2014 ont restitué à notre peuple sa dignité d’antan et font partie de ces mouvements fondateurs », ont-il expliqué. A noter que les membres de la CPR/MP entendent, dans les jours à venir, étendre leurs actions dans les autres localités du territoire national, afin de redonner à la politique burkinabè « ses lettres de noblesses », ont-ils dit.

 

Mamouda TANKOANO

 

 

 

 

 

Biographie de Jean-Baptiste NATAMA

 

Jean-Baptiste NATAMA alias Toubo Tanam, actuellement Directeur de cabinet de la présidente de la Commission de l’Union Africaine est juriste, diplomate, officier militaire, politologue, poète, essayiste et écrivain. Il est né à Léo, dans la Province de la Sissili au Burkina Faso. Son profil universitaire, avec un diplôme d’officier militaire, l’a conduit à exercer diverses fonctions au ministère de la Défense de 1984 à 1990. Après le ministère des Affaires étrangères de 1991 à 1995, il rejoint l’ex Organisation de l’unité africaine (OUA), devenue Union africaine (UA) au Burundi pendant un an en 1995, puis l’Organisation des Nations unies (ONU), dans des pays tels que la République Démocratique du Congo, le Burundi et le Rwanda de 1996 à 2002. Il revient au pays en 2002 pour assumer pendant deux ans la fonction de Conseiller diplomatique du ministre de la Coopération régionale auprès du ministre des Affaires étrangères de l’époque. Deux ans plus tard, il est sollicité par l’UA pour ouvrir sa mission au Soudan pour le Darfour. En 2006, il est de nouveau nommé par les plus hautes autorités de son pays pour conduire le processus du Mécanisme africain d’évaluation par les pairs (MAEP) en tant que Secrétaire permanent, Point focal du Nepad pendant sept années. Au niveau académique, il exerce en qualité d’Enseignant visiteur pour le compte de l’ONU et de l’UA à l’Institut diplomatique du Caire (Egypte), au Centre international de formation pour les opérations de maintien de la paix à Nairobi (Kenya), à l’Ecole de maintien de la paix de Bamako (Mali), au Centre régional de formation pour les opérations de maintien de la paix de la Communauté de Développement de l’Afrique Australe (SADC) à Harare (Zimbabwe) et à l’Ecole de défense nationale du Nigeria (Abuja). Expert des Nations Unies et de l’UA pour les opérations de maintien de la paix, il est, en outre, Facilitateur pour le Centre Pearson du Canada pour les opérations de maintien de la paix et régulièrement désigné comme Envoyé spécial du Président de la Commission de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) dans certains pays pour gérer divers dossiers. Diplomate chevronné et parfaitement au cœur du combat de l’Afrique pour le progrès, il fait partie des personnalités africaines les plus avisées sur les questions internationales. Jean Baptiste Natama, après avoir brièvement secondé le Haut Représentant de l’UA pour l’opérationnalisation de la Force africaine en attente, dirige le cabinet de la Présidente de l’UA depuis le 15 octobre 2012. Il parle français, anglais, allemand, espagnol, arabe et plusieurs langues africaines dont le kirundi, kinyarwanda, swahili, bambara, gulmanceman, mooré, bissa.

 

Etudes et Formations :

- Doctorant en Administration de la paix (CDR) New York ;

- Maîtrise et D.E.A (3ème cycle) en droit public (Université de Nantes), France ;

- D.E.S.S (3ème cycle) en Etudes stratégiques et diplomatiques (Ecole des Hautes Etudes

Internationales), Paris-France ;

- Licence en philosophie (Université de Ouagadougou), Burkina Faso;

- Licence et Maîtrise de droit public (Université de Ouagadougou), Burkina Faso ;

- Diplôme d’Officier militaire (Académie Militaire Georges Namoano), Pô-Burkina Faso ;

- Diplôme de Formateur international certifié JCI (Jeune Chambre Internationale) ;

- Auditeur du Centre Américain d’Etudes Stratégiques sur l’Afrique (USA) ;

- Auditeur de l’Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale (Paris), France ;

- Auditeur de l’Institut des Nations-unies pour la Formation et la Recherche (Genève), Suisse.

 

Publications:

2004 : « Tourbillon et Paroles bleues », (éd. Kuljama) Recueil de Poèmes ;

2009 : « Les droits de l’homme et le MAEP », (éd. Flamboyant) Ouvrage spécialisé de Droit »

Distinctions honorifiques :

-Commandeur de l’ordre national burkinabè ;

-Médaille d’honneur militaire burkinabè ;

-Médaille commémorative burkinabè avec agrafe Burundi ;

-Médaille du mérite de l’OUA ;

-Ambassadeur de la Paix de la Fédération pour la Paix Universelle

 

Source : net

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+