Dernière minute

Dernières Publications

Me GUY HERVE KAM, PORTE-PAROLE DE « LE BALAI CITOYEN » : « On ne peut pas critiquer le système Compaoré et dupliquer des pratiques qui l’ont caractérisé »

KAM1

Porte-parole du mouvement Le « Balai citoyen » et homme de loi, Me Guy Hervé Kam est assurément un acteur majeur de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014. Pourtant, dans la mise en place des organes de la transition, Guy Hervé Kam et le mouvement dont il est le porte-voix, brillent par leur absence, aussi bien dans le gouvernement de ... Lire la suite »

ASSOCIATION DES JOURNALISTES DU BURKINA :Un nouveau bureau pour présider à la destinée de l’AJB

L’Association des journalistes du Burkina (AJB) a tenu, le 22 novembre 2014, son congrès à l’issue duquel un nouveau bureau de sept membres a été mis en place en remplacement de l’ancien bureau qui présidait à la destinée de l’association depuis une dizaine d’années. Ce congrès faisait suite à un atelier tenu auparavant le 21 novembre sur le thème : « La ... Lire la suite »

HUMEUR : Simon Compaoré, un visionnaire et un homme de cohérence

simom

Quoi qu’on puisse dire de cet homme, Simon Compaoré, ancien bourgmestre de la capitale du Burkina, fait partie du cercle très restreint des personnes qui font de la cohérence et de la prospective, deux valeurs cardinales. Il a donné à notre capitale un label de reluisance, un visage de métropole africaine. Sa brigade verte, une idée originale,  est une invention ... Lire la suite »

INSTITUT DES SCIENCES : Les élèves-professeurs réclament la tête du Directeur général

ids

Les élèves-professeurs de l’Institut des sciences (IDS) étaient en colère le 26 novembre 2014. Ils dénoncent la non inscription d’un des leurs sur la liste des 600 admis au concours des élèves-professeurs des mathématiques et sciences. Remontés contre le Directeur général de l’IDS, Pr Lucien Bonou qu’ils accusent d’être responsable, les manifestants exigent qu’il rende le tablier. L’ambiance est délétère ... Lire la suite »

INSURRECTION POPULAIRE AU BURKINA : « La France n’est pas pour l’impunité »

L’auteur du point de vue ci-dessous revient sur les évènements des 30 et 31 octobre derniers qui ont poussé Blaise Compaoré à la démission. Selon lui, il faut comprendre l’attitude de la France qui, en exfiltrant l’ex-président, a permis d’éviter un bain de sang. Lisez plutôt !   Nous devons bien comprendre l’attitude de la France et de la Côte d’Ivoire. ... Lire la suite »

Eau